LEPAPYRUS.CD

Site d'information sur la science

Une thèse doctorale sur les manifestations de la démence à l’Université de Kinshasa

3 min read

Le manque d’intérêt pour les émotions des autres et l’arrêt des activités professionnelles ou sociales, sont autant des manifestations cliniques de la maladie appelée « démence » expliquées, le Weekend, lors de la soutenance d’une thèse d›agrégation en médecine à l’Université de Kinshasa (UNIKIN).

« La démence est toute maladie qui affecte principalement les fonctions neurocognitives et la capacité à réaliser des tâches quotidiennes. Elle est également une détérioration acquise des fonctions neurocognitives (la mémoire, l’attention, la praxie, la pensée…) d’évolution progressive et chronique dont les manifestations cliniques sont notamment le manque d’intérêt pour les émotions des autres, l’arrêt des activités professionnelles ou sociales  », a affirmé le doctorant, Dr Hutu Kabamba Bin Kayoka, du département de neurologie au Centre neuro psycho-pathologique (CNPP) de la faculté de médecine de l’UNIKIN.

D’autres manifestations cliniques développées par l’intervenant sont  le comportement inapproprié,  les changements d’humeur et de personnalité ainsi que le sentiment d’anxiété, de tristesse ou de colère face aux signes et symptômes de la démence. Il a souligné que cette maladie s’aggrave avec le temps et touche principalement les personnes âgées de plus 65 ans, mais cela ne concerne pas nécessairement toutes les personnes âgées.

Plus de 55 millions de personnes dans le monde atteintes de démence

Par ailleurs, le Dr Hutu Kabamba Bin Kayoka, du département de neurologie au (CNPP) a fait savoir que plus de 55 millions de personnes dans le monde sont atteintes de la démence dont plus de 60% dans les pays à revenu faible. En Afrique, a-t-il poursuivi, le nombre est estimé à quatre millions d’individus mais en RDC, selon lui, « cette maladie n’est pas encore une priorité nationale, car ne disposant pas d’un plan national de lutte contre la démence ».

Selon l’OMS, a rappelé le Dr Kabamba, 76 millions de personnes en 2030 et 145 millions dans le monde à l’horizon 2050, seront atteintes de cette maladie dont les facteurs non modifiables sont l’hypertension artérielle, l’hyperglycémie (diabète), la surcharge pondérale ou obésité, le tabagisme, la consommation excessive de l’alcool. Le manque d’activité physique, l’isolement social, le niveau d’éducation et la mauvaise habitude alimentaire figurent également parmi ces facteurs.

Dans la leçon publique intitulée « Démence, étiologie et prise en charge » Le Dr Hutu a plaidé pour la mise en œuvre en RDC d’un programme national de prise en charge de cette maladie de détérioration mentale. Par ailleurs, la leçon publique est une deuxième étape de l’épreuve dans la soutenance de la thèse de doctorat en médecine avant d’obtenir le grade d’agrégé d’enseignement supérieur en médecine, en vue de devenir professeur à l’Université. Il sied cependant de rappeler que le monde entier, célèbre le 22 juillet la journée mondiale de la santé mentale.

Agence congolaise de presse, 25 juillet 2023

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *