LEPAPYRUS.CD

Site d'information sur la science

Une étude recommande aux agriculteurs de Kinshasa l’utilisation des semences certifiées

3 min read

« Ces valeurs permettent de conclure que ces graines contiennent des impuretés. En plus, près d’une graine sur deux achetées au marché et utilisées comme semences n’a pas la possibilité de germer. Cette situation est une perte pour l’agriculteur qui recourt à ces graines comme semences, car les taux de propreté (pureté spécifique) et le pouvoir germinatif sont faibles. D’où la nécessité d’utiliser les semences certifiées ». C’est la conclusion d’une étude intitulée « Analyse comparative des semences certifiées et graines ‘tout venant’ », publiée dans le site de Congosciences.cd au mois de novembre 2019.

L’objectif de ce travail était d’évaluer la qualité des graines maïs (Zea mays), l’arachide (Arachis hypogea) et le niébé (Vigna unguiculata) achetées au marché et utilisées comme semences par les agriculteurs de l’hinterland de Kinshasa.

Labi Mupepe, Baguma Alimba Patrick, Bwanga Bwanga Serge, Meya Koy Jean- Paul, Balanga Machafu Roger, Mawa Mbangi, Sadel Nilong Jacqueline qui viennent de l’Institut Supérieur Pédagogique de Bagata, dans le Kwilu, du Service National de Semences, à Kinshasa/Gombe, de l’Université de Kinshasa, ou de la Faculté des Sciences Agronomique/ Chimie et Industries Agricoles, et de la Société Agricole de Mayumbe (AGRIUM) Lukula, au Kongo Central, en République Démocratique du Congo.

Leur méthode d’évaluation a porté sur la détermination de la teneur en eau, de la pureté spécifique et du pouvoir germinatif de ces semences selon les protocoles utilisés au Laboratoire National de Semences à Kinshasa. Les résultats des analyses de qualité ont montré que les graines « tout venant » avaient globalement une moindre qualité semencière par rapport aux semences certifiées. Les valeurs moyennes des résultats montrent une teneur en eau de 11,60% ; une pureté spécifique de 93,92% et un pouvoir germinatif 61,33% contre 10,71%, 98,26 et 88,33% pour les semences certifiées.

Les chercheurs ont comparé les caractéristiques des graines « tout venant » et des semences certifiées en provenance de provinces de Mongala, Nord Ubangi et Sud Ubangi.

Ils ont fait remarquer que la semence est un intrant essentiel pour l’amélioration de la productivité agricole et pour assurer la sécurité alimentaire. L’emploi de semences de qualité est quelquefois qualifié de moteur du progrès agricole en référence à sa capacité d’augmenter la productivité et à stimuler les activités économiques du monde agricole. Un accès suffisant à des semences saines et préférées de différentes cultures est d’une importance capitale pour des millions de ménages dans les pays en voie de développement. Quand les semences de bonne qualité sont rares, alors les ménages paysans ont des difficultés à obtenir des moyens de subsistance viables. Ces stratégies peuvent réduire les actifs, en diminuant ainsi la capacité des ménages à répondre à leurs besoins. C’est donc un objectif important que d’atteindre et de maintenir la sécurité semencière.

JRB

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *