LEPAPYRUS.CD

Site d'information sur la science

Tous les continents sont concernés par les conséquences du changement climatique

3 min read

Exif_JPEG_420

Le réchauffement climatique d’origine humaine a rendu de 1,2 à 9 fois plus probables les précipitations extrêmes, comme celles qui ont mené aux inondations catastrophiques du 12 au 15 juillet 2021 en Europe, selon une étude publiée par 39 scientifiques du World Weather Attribution, une organisation dédiée à l’étude rapide des phénomènes liés au changement climatique. Au moins 220 personnes avaient péri durant ces inondations, notamment en Allemagne et en Belgique, selon un article du journal français le Point, publié le mardi 24 août 2021, avec ce titre « Les inondations de juillet en Europe liées au changement climatique ».

Plus loin, dans le même article, on peut lire ce paragraphe : « Ces inondations nous montrent que même les pays développés ne sont pas à l’abri des conséquences météorologiques terribles du changement climatique, qui s’aggravent », explique la climatologue allemande Friederike Otto, directrice associée de l’Institut du changement climatique de l’université d’Oxford. « C’est un défi urgent et global, nous devons y faire face : les faits scientifiques sont clairs depuis des années », ajoute-t-elle.

Jusque-là, c’était comme si les conséquences du changement climatique ne concernaient que les pays pauvres, particulièrement les Etats africains. Force est de constater aujourd’hui qu’aucun pays, aucun continent ne sera épargné par les conséquences du changement climatique.

L’article ne s’est pas limité au discours, mais a signalé aussi des faits, comme on peut les lires dans les trois paragraphes ci-dessous

: En plus d’être plus fréquentes, les précipitations massives sont désormais entre 3 et 19 % plus importantes en raison du réchauffement climatique, selon la même étude. Les experts ont particulièrement analysé les pluies diluviennes dans deux régions très touchées, l’Ahr et Erft en Allemagne, qui ont reçu 93 mm en un jour, et la région de la Meuse en Belgique, qui a reçu 106 mm en deux jours.

Les augmentations des niveaux des cours d’eau n’ont pas pu être prises en compte, car une partie des stations de mesure ont été détruites par les inondations. L’étude s’appuie sur l’historique des précipitations sur une région plus vaste, incluant l’est de la France et de la Belgique, l’ouest de l’Allemagne, le nord de la Suisse, le Luxembourg et les Pays-Bas. « Toutes les régions d’Europe de l’Ouest peuvent s’attendre à subir un tel épisode diluvien une fois tous les quatre cents ans avec le climat actuel, ce qui signifie que plusieurs événements comparables devraient se produire dans ce laps de temps », expliquent les chercheurs.

Le World Weather Attribution avait déjà relié au réchauffement climatique le dôme de chaleur en Amérique du Nord fin juin 2021, le gel en France début avril 2021 ou encore la canicule en Sibérie en 2020.

Donc, tous les continents, riches ou pauvres, sont donc concernés par les conséquences du changement climatique et sont appelés à voir dans la même direction et à se battre ensemble.

LP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.