LEPAPYRUS.CD

Site d'information sur la science

RDC : Un reportage photo de l’OMS fait écho de la résilience et du courage en temps de conflit à l’Est du Pays

2 min read

Dans un reportage photo intitulé «Résilience et courage en temps de conflit » , le photographe Guerchom Ndebo et Eugene Kabambi de l’Organisation mondiale de la santé (OMS),  ont témoigné de la résilience, de l’esprit communautaire et de l’entraide dont font preuve ceux qui vivent dans les camps. Ces personnes déplacées, qui ne peuvent pas rentrer chez elles à cause des violences, vivent dans des conditions désastreuses. Parmi elles figurent des médecins, des infirmières, des enseignants, des agriculteurs.

Ce reportage livre quelques informations intéressantes.

Il signale par exemple qu’en octobre 2022, le pourcentage total de Congolais ayant été primovaccinés contre la COVID-19 s’élevait à 6,2 %, contre 1 % en mars 2022. En avril 2023, tous les agents de santé en République démocratique du Congo avaient été primovaccinés et le pourcentage total de personnes primovaccinées dans le pays s’élevait à 13 %.

En outre, des campagnes de vaccination contre la COVID-19 ont eu lieu de façon récurrente en République démocratique du Congo en 2022 et 2023. Certaines ont donné de meilleurs résultats que d’autres..

Il existe plusieurs camps comme ceux de Bulengo, Kanyaruchinya, Bushagara et Lushagala, répartis autour de Goma et plus au sud dans la province de Tanganyika. En janvier 2023, alors qu’une épidémie de choléra faisait rage dans les camps, le Ministère congolais des affaires humanitaires a lancé une campagne de vaccination visant à vacciner 365 000 personnes à Goma. Cette campagne a été soutenue financièrement et logistiquement par Gavi, l’UNICEF et l’OMS, qui ont envoyé 614 équipes de vaccination sur place. L’OMS est également intervenue pour fournir des unités de traitement du choléra à Bulengo, ce qui a permis de réduire la pression sur d’autres sites surpeuplés comme celui de Kanyaruchinya

En mars 2023, plus de 40 000 personnes s’étaient réfugiées dans le camp de Bulengo, entre Goma et Sake, près du lac Kivu. L’OMS et ses partenaires ont installé dans le camp un centre de soins d’urgence destiné aux résidents, avec la présence de vaccinateurs.

Les gens qui vivent dans le camp ont tous une vie chaotique, mais ils mettent aussi à profit leurs compétences. « Parmi les personnes déplacées, on trouve des infirmières et des médecins, qui travaillaient à Rutshuru et à Masisi, où il y a maintenant des conflits et des groupes armés qui occupent des territoires. Ces gens ont dû fuir de chez eux », raconte Kabambi.

Du fait de leur formation, ces personnes sont recherchées par les organismes d’aide humanitaire. Souvent, les résidents sont heureux de voir des agents de santé issus de leur région d’origine.

LP

NB: La photo est de l’OMS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *