LEPAPYRUS.CD

Site d'information sur la science

RDC : Réactivation du Réacteur Trico II par le Gouvernement, l’opinion prend de nouveau acte

2 min read

« Le Conseil a donné son accord pour le redémarrage du Réacteur TRICO II et autorisé le Ministre de la Recherche Scientifique à aller faire part de la position de la RDC à la réunion de Vienne au courant de ce mois de février 2020 ». Ces propos sont de David- Jolino Diwampovesa-Makelele Ma-Muzingi, Ministre d’Etat, ministre de la communication et de médias, Porte-parole du Gouvernement, à l’issue la 22ème réunion du Conseil des ministres qui s’est tenue le jeudi 20 février 2020 à la Cité de l’Union africaine, sous la présidence de Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, Président de la République.  

Ce n’est pas la première fois que le Gouvernement a levé l’option de réactiver ou de réparer le Réacteur Trico II.  Au cours d’un conseil des ministres tenu en 2009, l’exécutif congolais avait fait la même déclaration. Jusqu’à ce jour rien n’a changé.

Certes, les acteurs ont changé, et l’espoir est permis. L’opinion n’écarte pas la vigilance et prend à nouveau acte de cette deuxième décision du Gouvernement de réactiver le Réacteur Trico II.

Il faut ici rappeler que ce réacteur n’est plus opérationnel depuis 2003. Donc, cela fait 17 ans que le réacteur est en panne. En 2009, quand le Gouvernement prenait la première décision de réactiver le réacteur, la panne était à sa 6ème année.

Les chercheurs du Commissariat général à l’énergie atomique/Centre régional d’énergie nucléaire de Kinshasa (CGEA/CREN-K) ne se sont pas tus pour autant. A l’issue de 6èmes Journées scientifiques, organisées du 3 au 4 novembre 2016 à Kinshasa, les participants avaient recommandé au Gouvernement de « financer le redémarrage du réacteur Trico II pour permettre au CGEA de poursuivre son programme nucléaire ». Il n’y a eu aucune réaction de l’exécutif.

Le commissaire général à l’énergie atomique, le Dr. Professeur

Vincent Lukanda a été abordé par le Papyrus le mercredi 1er février 2017 sur cette question. Il avait alors émis ce vœu. « Que le Gouvernement exploite les canaux de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) en faisant un déposit de 3.500.000 dollars américains. L’AIEA se chargera par la suite de la réparation de ce réacteur ».

Espérons que la situation n’a pas changé et espérons aussi que l’autorisation obtenue par le Ministre de la Recherche Scientifique à aller faire part de la position de la RDC à la réunion de Vienne au courant de ce mois de février 2020 prendra en considération ce détail combien important.

Jean-René Bompolonga

La photo du réacteur Trico II à la une est du CGEA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *