LEPAPYRUS.CD

Site d'information sur la science

RDC : Malgré une amélioration significative de la gestion des soins après avortement, une étude appelle à des stratégies supplémentaires

2 min read

Malgré une amélioration significative de la gestion des soins après avortement, l’adoption de la technologie approuvée par l’OMS, à savoir l’Aspiration manuelle intra-utérine (AMIU), et la durée de l’hospitalisation, ces résultats, bien qu’étant une amélioration significative pour la RDC, indiquent que des stratégies supplémentaires d’amélioration de la qualité pour la gestion des soins après avortement et des risques des stratégies d’atténuation pour réduire les obstacles aux soins sont nécessaires.

C’est la conclusion à laquelle ont abouti les chercheurs Daniel Katuashi Ishoso1, Antoinette Tshefu, Thérèse Delvaux, Michèle Dramaix, Guy Mukumpuri et Yves Coppieters dans leur étude intitulée « Efects of implementing a postabortion care strategy in Kinshasa referral hospitals, Democratic Republic of the Congo » (Effets de la mise en œuvre d’une stratégie de soins après avortement dans les hôpitaux de référence de Kinshasa, République démocratique du Congo

), publiée dans le site de l’Ecole de santé publique de l’Université de Kinshasa.

Pour évaluer les effets de la mise en œuvre d’une stratégie de soins après avortement dans les hôpitaux de référence de Kinshasa, cette étude avait pour but d’analyser la qualité des services de soins après avortement, y compris la contraception après avortement, et la durée d’hospitalisation.

Comme résultats, la mise en œuvre de la stratégie de soins après avortement dans les hôpitaux de référence de Kinshasa a entraîné l’utilisation de la méthode d’évacuation utérine MVA recommandée par l’OMS (29,3% de plus dans les structures expérimentales, p=0,025), une baisse non significative du curetage pointu (19,3%). moins, p=0,132) et une baisse de la durée d’hospitalisation des patients admis pour soin après avortement (1 jour de moins, p=0,020). Ils n’ont observé aucun changement dans l’utilisation des services de soins après avortement, la mortalité et la fourniture de contraception post-avortement.

En réponse à la politique gouvernementale, les chercheurs ont signalé que la stratégie de soins après avortement comprenait le traitement des complications de l’avortement avec la technologie d’évacuation utérine recommandée, le conseil et la prestation de services de planification familiale, des liens avec d’autres services de santé reproductive, y compris l’évaluation des infections sexuellement transmissibles et le conseil VIH et/ou l’orientation pour le dépistage, et partenariats entre les prestataires et les communautés.

LP

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.