LEPAPYRUS.CD

Site d'information sur la science

RDC : L’urine humaine est le fertilisant le plus performant pour la culture de ciboule

2 min read
Le chercheur Lumpungu

L’urine humaine stockée pendant 30 jours dans le but de la désinfecter, a été testée comme fertilisant sur une culture de ciboule, en comparaison avec la fiente de poules et le N17P17K17. L’application de ces fertilisants s’est faite, selon le cas, en deux ou plusieurs passages. Les doses utilisées par m2 étaient de 6,8 litres d’urine hygiénisée ; 159 gr de N17P17K17 et 3 Kg de fiente de poules. Les observations faites sur la hauteur, le nombre des feuilles, le rendement, la teneur en matière sèche des plants de ciboule, ainsi que sur la rentabilité économique des fertilisants soumis à l’étude, ont montré que l’urine humaine était agronomiquement et économiquement, le fertilisant le plus performant de tous.

Les chercheurs Lumpungu K.C. et  Falasi N R. du Département de Gestion des ressources naturelles, de la faculté des Sciences agronomiques de l’Université de Kinshasa, et Vunzi N. de l’Institut supérieur d’agrovétérinaire (ISAV) de Kimwenza, à Kinshasa, ont abouti à ce résultat dans leur étude intitulée « Evaluation de la performance agro-économique de l’urine humaine sur la ciboule (Allium fistulosum L.) à Kinshasa, R.D. Congo ». L’étude a été publiée dans le site de congosciences, Volume 4, du septembre 2016.

Selon les 3 chercheurs, les plants fertilisés avec l’urine avaient le plus grand port végétatif et ont donné un rendement (poids frais des ciboules) plus élevé (4,7 Kg/m2) que ceux ayant reçu les fientes des poules (3,7 Kg/m2) et le NPK (2,1 Kg/m2).

Aussi, ont-ils soutenu, le revenu net et le rapport valeur/coût générés par le traitement « urine » étaient significativement supérieurs à ceux des autres fertilisants. Seulement, les plants fertilisés avec l’urine avaient une faible teneur en matière sèche. Ils étaient plus aqueux, probablement, à cause de l’abondance des ions Na+ et K+.

Ils sont convaincus que l’urine humaine hygiénisée par le stockage anaérobie, se révèle être un fertilisant organique intéressant, particulièrement dans la pratique maraichère.

JRB

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *