ven. Août 12th, 2022

LEPAPYRUS.CD

Site d'information sur la science

RDC : L’OMS a besoin de 40 millions USD pour assurer la continuité des activités de riposte contre Ebola

3 min read

Se trouvant sur plusieurs fronts avec le Coronavirus, l’’Organisation mondiale de Santé (OMS) n’a pas oublié la maladie à virus Ebola en RDC et cherche 40 millions USD pour soutenir la riposte contre cette maladie. C’est ce qui se dégage d’un communiqué publié par cette organisation onusienne le jeudi 20 février 2020.

« Pour maintenir les opérations et empêcher la réapparition de l’épidémie, l’OMS demande un financement. Dans le cadre du Plan de réponse stratégique (SRP 4.1), les besoins financiers de l’OMS pour la riposte à Ebola de janvier à juin 2020 sont de 83 millions de dollars. Grâce à la générosité de nombreux donateurs en 2019 (OMS) dispose d’un financement de report, qui a été utilisé pour maintenir les opérations jusqu’en février 2020. 40 millions USD sont actuellement nécessaires pour assurer la continuité des activités de riposte et de préparation pour ramener l’incidence des cas à zéro et continuer à bâtir des systèmes de santé solides et résilients », peut-on lire dans ce communiqué.

Au cours de la semaine dernière, a signalé l’OMS, l’incidence de nouveaux cas de maladie à virus Ebola (EVD) est restée faible. Du 12 au 18 février, un nouveau cas confirmé a été signalé. Le cas a été signalé dans la zone de santé de Beni, province du Nord-Kivu et avait un lien épidémiologique avec un cas confirmé signalé le 5 février. Comme le cas a été alerté et transféré dans un centre de traitement contre Ebola quatre jours après l’apparition des symptômes, il existe toujours un risque de transmission ultérieure aux contacts, et d’autres cas peuvent être attendus de la chaîne de transmission actuellement active. Le virus Ebola peut également persister dans certains fluides corporels des survivants pendant plusieurs mois, et dans un nombre limité de cas, des transmissions par exposition aux fluides corporels des survivants ont été documentées au cours de cette épidémie. Le programme permanent de soins aux survivants aide à atténuer les risques d’événements de réintroduction.

Au cours de 21 derniers jours (du 29 janvier au 18 février 2020), huit cas confirmés ont été signalés dans quatre zones de santé au sein de deux zones de santé actives dans la province du Nord-Kivu Beni (7) et Mabalako (1). Cela fait plus de 42 jours que les zones de santé de Butembo et Mambasa ont signalé de nouveaux cas. La réduction continue de la propagation géographique des cas de MVE et la tendance à la baisse de l’incidence des cas observée au cours des 21 derniers jours sont encourageantes.

Faisant l’état des lieux de la situation actuellement, l’OMS a donné ces détails : « Au 18 février, un total de 3433 cas de MVE a été signalé, dont 3310 cas confirmés et 123 cas probables, dont 2253 cas sont décédés (taux de létalité global 66%). Sur le total des cas confirmés et probables, 56% (1924) étaient des femmes, 28% (969) étaient des enfants âgés de moins de 18 ans et 5% (172) de tous les cas signalés étaient des agents de santé. D’importantes activités de dépistage se poursuivent avec plus de 5000 alertes signalées et examinées quotidiennement, parmi lesquelles environ 450 cas suspects de MVE sont détectés chaque jour et nécessitent des tests de laboratoire et des soins spécialisés dans les centres établis de traitement et de transit Ebola. »

L’OMS déconseille toute restriction des voyages et des échanges avec la République démocratique du Congo sur la base des informations actuellement disponibles. Les exigences relatives aux certificats de vaccination contre Ebola ne sont pas une base raisonnable pour restreindre les mouvements transfrontaliers ou la délivrance de visas pour les voyageurs à destination / en provenance des pays touchés. L’OMS continue de suivre de près et, si nécessaire, de vérifier les mesures de voyage et de commerce liées à cet événement. À l’heure actuelle, aucun pays n’a mis en œuvre de mesures de voyage qui entravent considérablement le trafic international à destination et en provenance de la République démocratique du Congo.

JRB

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.