LEPAPYRUS.CD

Site d'information sur la science

RDC :Le Professeur Ekambo a parlé de l’actualisation des programmes des cours au niveau de l’information et de la communication

2 min read

« A l’Institut facultaire des sciences de l’information et la communication (IFASIC), la dynamisation des programmes des cours est permanente grâce à la modalité didactique et elle se poursuit », a déclaré le mardi 25 février 2020 le Professeur émérite Jean Chrétien Ekambo, à la bibliothèque du Centre de recherche en communication de masse de cet institut. Il s’adressait aux chefs des travaux, assistants et les étudiants de l’école doctorale de l’institut sur le thème : « L’actualisation des programmes des cours au niveau de l’information et de la communication ».

Il a signalé le fait que la rénovation des cours se fait suivant 5 modalités parmi lesquelles il y a l’institutionnelle, la didactique et la citatoire. Dans cette dernière modalité, les cours prévus pour un cycle doivent être enseignés et il faut toujours prévoir la séquencialité.

« On ne change pas le programme des cours comme on change les ustensiles des cuisines », a dit le professeur Ekambo.  Il a souligné le fait qu’au début de chaque année académique, il y a des instructions du ministère de tutelle. Parmi ces instructions, il y a celle qui interdit aux établissements d’enseignement supérieur et universitaire d’actualiser le programme sans son aval. Cette instruction est valable pour l’enseignement public et privé, car il y a un programme national avec le même contenu. Si le privé peut ajouter quelque chose, les établissements publics n’ont pas cette faculté.

Parlant de l’IFASIC, créé avec la dénomination de l’Institut des sciences et techniques de l’Information (ISTI), le professeur a déclaré qu’il était le seul établissement à former des cadres universitaires dans le domaine de la communication. A sa création, c’était une école de journalisme et elle ne s’est définie comme telle qu’avec la reconnaissance du ministère de l’Enseignement supérieur  et de la profession.

En parlant de la presse écrite congolaise, il a déclaré qu’elle connaît un déficit énorme. « Il faut déjà préparer des théories pour trouver des solutions à proposer pour sortir de cette situation ».

JRB

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.