ven. Août 12th, 2022

LEPAPYRUS.CD

Site d'information sur la science

RDC : Le ministère de la Santé a promis de faire toute la lumière sur le décès d’un homme après la vaccination contre la Covid-19

2 min read

Le Ministre de la Santé, Dr Jean-Jacques Mbungani, a, dans un communiqué publié le mardi 6 juillet 2021, appelé la population au calme et a promis de faire toute la lumière sur le cas d’un décès signalé par l’ancien député national Francis Kalombo. La vidéo dans laquelle l’ancien député signalait le décès de l’un de ses proches, a fortement circulé dans les réseaux sociaux. Kalombo a promis de faire une autopsie et de saisir la justice pour savoir ce qui s’est passé.

Selon Francis Kalombo, son proche a été vacciné le samedi 3 juillet 2021 au centre médical Diamant, à Kinshasa, avec un vaccin qui porterait la dénomination de  « Shadocks ».

Dans un communiqué, le ministère de la Santé a noté que les investigations préliminaires menées par l’équipe du Ministère de la santé et de l’OMS indiquent que la victime est de sexe masculin, âgé de 56 ans, qui s’est présenté au site de vaccination le samedi 3 juillet 2021 et qui a reçu sa première dose du vaccin contre la Covid-19 à 11h45 minutes.

Le communiqué du ministère a souligné : Conformément à la procédure en la matière, il a été observé au site de vaccination pendant les 30 minutes suivant l’injection, avant d’être libéré avec la recommandation de contacter l’hôpital en cas de survenu d’un effet indésirable. Les effets secondaires immédiats connus, liés aux vaccinations sont la syncope et le choc anaphylactique, survenant en général 15 à 30 minutes après l’injection. L’autre effet indésirable connu peut être la thrombose qui, elle, survient en général 4 à 20 jours après la vaccination.

C’est ainsi que le ministère de la Santé Publique, Hygiène et prévention est à pied d’œuvre depuis l’annonce de cet incident malheureux. En complément aux investigations menées par nos services, le groupe d’experts indépendants composé d’éminents professeurs d’université et de spécialistes en la matière est déjà mobilisé quant à ce et nous donnera les conclusions de son rapport , indique le communiqué du ministère.

Jusque-là, en RDC, le vaccin que le Gouvernement a réceptionné et qui se trouve dans les différents centres de vaccination est AstraZeneca. Serait-il permis à certains centres d’injecter d’autres produits que ce qui est autorisé par l’exécutif national ? C’est un dossier à suivre.

JRB

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.