LEPAPYRUS.CD

Site d'information sur la science

RDC : La FAO renforce les capacités des agents de l’Etat sur la cartographie des maladies à l’aide du Système d’information géographique

2 min read

Un Atelier de formation sur la cartographie des maladies et des facteurs de risque à l’aide du Système d’Information Géographique (SIG) a démarré le lundi 4 novembre 2019 à Kinshasa. Il est organisé par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) en collaboration avec le ministère de Pêche et élevage de la RD Congo et se tiendra jusqu’au vendredi 8 novembre 2019.

Deux experts venus du siège de la FAO à Rome, à savoir Xavier Roche (Vétérinaire-épidémiologiste) et Giuseppina Cinardi (spécialiste en SIG), assurent cette formation aux participants de différents services vétérinaires et institutions liés à la santé animale en RD Congo.

« A l’issue de cet atelier, les participants seront capables d’effectuer la cartographie de base, l’analyse spatiale, la visualisation des données des foyers de maladies animales et surtout comprendre et expliquer les bases du SIG et son application en santé animale, extrapolable à d’autres secteurs », a déclaré Xavier Roche à l’ouverture de l’atelier.

Au nom du Représentant-pays de la FAO en RDC, le docteur Vincent Bonkela (Vétérinaire et Coordonnateur national de l’ECTAD/FAO a fait savoir que « depuis 10 ans, la FAO et l’Agence Américaine de développement international (USAID) collaborent pour protéger le monde des maladies infectieuses », avant d’affirmer que la FAO a même mis en œuvre « plusieurs activités de renforcement des capacités notamment de formations à l’analyse de la chaîne de valeur, à l’analyse de risque ».

Il a relevé le fait qu’au cours de la dernière décennie, la cartographie des maladies et des facteurs de risque à l’aide d’un Système d’information géographique a révolutionné le système de surveillance. Selon lui, « le SIG permet au service de santé publique et au vétérinaire de comprendre et expliquer la dynamique et le schéma d’émergence ou de propagation et de rapidité d’intervention en cas des maladies graves ».

LP

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *