LEPAPYRUS.CD

Site d'information sur la science

RDC : La deuxième conférence internationale sur la biodiversité a démarré à l’Université de Kisangani

2 min read

« Ce que nous attendons de cette conférence c’est faire prendre conscience aux chercheurs, aux médias et à tout le monde sur la nécessité de protéger ce qui existe. Et on ne peut pas protéger ce qu’on ne connait pas. Alors ici nous sommes en train de promouvoir la recherche sur la biodiversité dans le bassin du Congo », a déclaré  le Professeur Daniel Upoki, Directeur adjoint du Centre de surveillance de la biodiversité (CSB) de l’Université de Kisangani (UNIKIS).

C’était au cours de la 2ème Conférence internationale sur la biodiversité dans le bassin du Congo qui a officiellement démarré le lundi 6 mars 2023 dans l’amphithéâtre du campus central de l’UNIKIS dans la province de la Tshopo.

Benjamin Toirambe, Secrétaire général au ministère de l’Environnement, a présidé la cérémonie en recommandant aux conférenciers d’élaborer des projets devant concourir à l’amélioration des conditions de vie des communautés pour prétendre mieux lutter contre la dégradation de notre biodiversité.

Il n’a pas manqué de souligner le fait que l’insécurité, les conflits et toutes les autres formes de violence dans la partie Est de la RDC entravent sérieusement la gestion de la biodiversité en RDC.

Toirambe a exprimé une inquiétude en affirmant : « Nous devons connaître la biodiversité de la planète terre. Bien sûr, nous luttons contre la dégradation de la biodiversité. Mais si nous avons un pays comme le nôtre, la RDC, dont la grande population est très pauvre, comment nous allons résoudre la problématique de la préservation de la biodiversité ».

Ce qui a amené le Professeur Daniel Upoki à insister sur la maîtrise par les communautés des spécificités de la biodiversité du bassin du Congo.

De son côté, Onésime Mubenga, Coordonnateur de projet au centre de surveillance de la biodiversité de l’UNIKIS et Cebios, a lui insisté sur le fait que « les recherches des scientifiques apportent assez d’informations sur le bassin du Congo ».

Cette rencontre réunit diverses structures nationales et internationales engagées dans la protection de l’environnement. C’est notamment le Programme des Nations unies pour la protection de l’environnement et la coopération belge au développement.

La 2e conférence internationale sur la biodiversité dans le bassin du Congo entend spécifiquement renforcer la prise de conscience et la motivation des autorités politiques congolaises et d’autres nations afin d’accroître leurs efforts pour préserver le Bassin du Congo, sa faune et sa flore uniques.

Elle vise aussi à contribuer à faire face à la pression démographique croissante et au développement économique et leurs effets sur l’utilisation des ressources naturelles renouvelables ainsi qu’aux menaces potentielles sur la santé humaine qui peuvent en découler.

LP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *