dim. Août 14th, 2022

LEPAPYRUS.CD

Site d'information sur la science

RDC: Deux chercheurs ont fait des observations phénologiques sur le Tola

3 min read

Le Tola (Prioria balsamifera) est parmi les espèces les plus prisées dans le Mayombe (R.D. du Congo). Elle est principalement le fait d’exploitants artisanaux pour approvisionner les marchés locaux et internationaux. Il en résulte une pression très importante sur la ressource et une raréfaction croissante de l’espèce. Or, son écologie demeure peu connue, ce qui est un des obstacles à la gestion de ses populations sur le long terme, ont écrit les chercheurs Angoboy B.I. de l’Institut Nationale d’Etude et Recherche Agronomique (INERA) et Toirambe B.B. du ministère de l’Environnement et Développement durable de la RDC dans leur étude intitulée «  Phénologie et diamètre de reproduction de Prioria balsamifera (Vermoesen) Breteler(Tola) dans la réserve de Biosphère de Luki au Mayombe, R.D. Congo » et publiée dans le site de Congosciences.org en mars 2018.

Ayant pour ambition d’étudier les caractéristiques phénologiques de P. balsamifera en relation avec le climat dans le Mayombe en RDC, cette étude tente d’y remédier en examinant la phénologie et la croissance du Tola dans la Réserve de Biosphère de Luki (R.D. Congo).

Citant Schwartz, les chercheurs expliquent que la phénologie est l’étude de la répartition dans le temps des événements biologiques cycliques de la flore ou de la faune qui sont influencés par l’environnement. En ce qui concerne la flore, la phénologie aborde la floraison, la fructification, la défeuillaison, la dissémination, la germination et l’activité cambiale.

Ils ont noté à cet effet que les données ont été collectées de 1948 à 1957 sur 178 pieds de Tola et sur 36 pieds de 2013 à 2015. Pendant ces deux périodes, des observations phénologiques ont été réalisées tous les 10 jours, la croissance diamétrique a été mesurée à la fin de chaque année et les données climatiques étaient enregistrées quotidiennement. Les résultats obtenus montrent que les divers événements phénologiques ont une fréquence annuelle au niveau de l’espèce et irrégulière au niveau de l’individu. Sur une période de 10 ans, trois quarts des arbres en âge de se reproduire disséminent des fruits au moins cinq fois. La défeuillaison se produit au cours des mois d’octobre (grande saison des pluies), la floraison en décembre et la fructification en février. Le diamètre minimum de floraison et de fructification a été de 33,8 cm en 1948-1957. L’influence hautement significative du diamètre sur la probabilité de fleurir ou de fructifier a été mise en évidence.

Comme site d’étude, les chercheurs ont signalé que c’était à la Réserve de biosphère de Luki qui est située au Sud-ouest de la RDC, dans la province du Kongo Central, à 120 km de la côte Atlantique. Ce seit constitue la pointe méridionale extrême du massif forestier guinéo-congolais, à la limite entre le Centre régional d’endémisme guinéo-congolais et la Zone de transition régionale guinéo-congolaise/zambézienne.

Donnant une description botanique de Tola ou Prioria balsamifera, les chercheurs  Angoboy B.I et Toirambe B.B ont indiqué que c’est un arbre brièvement caducifolié, de grande à très grande taille atteignant 55 m de haut et 1,5 m de diamètre, à cime sphérique et feuillage ouvert. Son fût, dépourvu de branches, est droit et cylindrique, sans contrefort. La surface de l’écorce présente des petites écailles allongées, parfois légèrement fissurées. Elle est brun grisâtre à brun rougeâtre.Mayombe,

JRB

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.