ven. Août 12th, 2022

LEPAPYRUS.CD

Site d'information sur la science

Professeur Kalele : « La concertation est une démarche qui tend à devenir classique quand il y a crise en RDC »

3 min read

Quels seraient les probables résultats des consultations nationales des forces vives de la nation initiées par le Président de la République Félix Tshisekedi ? Au regard de la constitution, quelle serait sa marge de manœuvre pour appliquer les résultats de ces consultations ? Le Professeur Mathieu Kalele Ka- Bila a dit au Papyrus ce qu’il pensait de ces consultations le lundi 16 novembre 2020 à l’Université de Kinshasa. Suivons sa réaction dans les lignes qui suivent :

Je constate que c’est une démarche qui tend à devenir classique quand il y a crise dans ce pays. Il y a eu crise sous le régime Mobutu. Ce dernier a organisé les concertations. Il a fait sillonner les gens à travers tout le pays. Il a eu des mémorandums. Il nous a donné sa version officielle de ce que le peuple lui aurait dit. A la fin, ces concertations avaient donné lieu à la Conférence nationale souveraine. Mobutu nous a dit par son directeur de cabinet, le professeur Vunduawe, que les propositions et les décisions de votre conférence nationale vont s’arrêter aux portes du Palais du peuple pour dire que je ne veux pas les appliquer. Le grand nombre de ceux qui s’étaient exprimés lors de ces concertations ont demandé à Mobutu de partir, il a continué à diriger.

Après Mobutu, Joseph Kabila a aussi organisé des concertations. Les gens ont dit ce qu’ils pensaient sur son régime. Il n’a pas appliqué les recommandations telles que formulées à ces concertations. La situation a continué en s’empirant même.

Mr Félix est dans une coalition. Il constate des tiraillements entre le CACH (Cap pour le changement) et le FCC (Front commun pour le Congo). Il organise des concertations pour savoir comment mettre fin à cette tension. Nous craignons que ça ne soit la même chose parce que nous voyons là défiler tout le monde. Les associations qui se créent, des groupes qui se morcellent. Nous ne savons plus qui est consulté pour donner la solution à la crise. Dans une situation où il est lui-même impliqué, peut-il correctement être juge et partie ? Nous aurions souhaité que les deux parties en conflit discutent avec un médiateur.

Nous craignons également que ça ne soit pas, à entendre les déclarations de ceux qui viennent de là, une façon de présenter sa décision de se séparer de ses amis du FCC comme quelque chose qui ne vient pas de lui, mais qui a été exigé par le peuple.

Nous craignons enfin que les amis de la coalition boutés dehors, parce que c’est cela qu’on rechercherait, ne fassent pas éclater une guerre au pays, la guerre civile. Nous souhaitons qu’on fasse preuve de beaucoup de sagesse de part et d’autre pour nous éviter les destructions en biens et en vies humaines.  

Propos recueillis par JRB

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.