LEPAPYRUS.CD

Site d'information sur la science

Prof Lyna Mukwa : « La Chenille Légionnaire d’Automne (Spodoptera frugiperda), un vrai fléau pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle en RDC »

5 min read

Les Etats-Unis d’Amérique viennent d’octroyer 12 millions  de dollars américains pour lutter contre la Chenille légionnaire. Le Papyrus a approfondi la question avec une spécialiste en la matière, le Professeur Lyna Mukwa, spécialiste de la FAO. Voici l’interview qu’elle a bien voulu nous accorder à ce sujet

C’est quoi la Chenille Légionnaire d’Automne ?

La Chenille Légionnaire d’Automne (CLA) de son nom scientifique Spodoptera frugiperda est un insecte, papillon de l’ordre de Lépidoptère, de la famille de Noctulidae (c’est-à-dire une famille de papillons à activité nocturne), originaire de l’Amérique latine, qui a été introduite accidentellement en Afrique, en 2016. C’est au cours de la même année 2016 que les alertes sur l’émergence d’un insecte inhabituel des agriculteurs ont été faites à Kambove dans la province du Haut-Katanga et à Libenge dans la province du Sud Ubangi. De là, le pays a été rapidement colonisé par les infestations de cette chenille légionnaire d’automne qui est très polyphage, mais se développe préférentiellement sur la culture de maïs.

Est-elle présente partout en RDC ?

Originaire de l’Amérique, la CLA s’est vite répandu en Afrique. Actuellement près de 40 pays sont touchés. En RDC, les dernières évaluations de 2019 font état de 135 territoires infestés sur 145 que compte le pays. Vu son grand potentiel de dispersion la CLA doit être présente dans tous les territoires du pays.

Comment cette chenille se manifeste sur le maïs ? Quels sont ses dégâts ?

Le papillon adulte sert à la reproduction et à la conservation de l’espèce. C’est la forme larvaire de la chenille Légionnaire d’automne qui cause plus de dégâts. Un adulte peut pondre jusqu’à 300 œufs en une fois. Les larves sont grégaires et se nourrissent sur les feuilles de maïs.

Le stade larvaire de la Chenille Légionnaire d’Automne occasionne généralement le plus de dégâts. En effet, grâce à leurs pièces buccales broyeuses, les jeunes chenilles consomment les feuilles sur lesquelles elles créent des perforations (limbes dévorées), les tiges et les épis (tiges et épis minés). En cas de très forte infestation, toute la partie aérienne se dégrade et le développement de la plante s’arrête.

Ya-t-il des conditions qui favorisent son apparition ?

La Chenille Légionnaire d’Automne se développe à des températures comprises entre 25 et 30 °C. Dans ces conditions son cycle est d’environ 30 jours. Lorsque les températures augmentent c’est-à-dire entre 3 à  35 °C le cycle de la CLA se raccourcie entre 15 à 20 jours, ce qui entraine un potentiel de nuisance très élevé. La présence du maïs constitue aussi un facteur favorisant ses infestations.

Les moyens de lutte disponibles au pays actuellement ?

Il n’existe actuellement aucune variété de maïs résistante identifiée en RDC, mais les variétés disponibles sur le marché montrent différents niveaux d’infestation, ce qui peut aider les agriculteurs à diminuer les pertes.

De nos jours, la FAO vulgarise certaines bonnes pratiques agricoles concourant à réduire les infestations de la CLA. Il s’agit notamment du semis précoce, de l’usage des pièges à phérormones, l’usage des extraits aqueux de certaines plantes à actions biocides, comme le neem, etc.

Une technologie simple est aussi promue, la méthode « Push-Pull » qui consiste à combiner dans un champ de maïs en même temps des plantes insectifuges au milieu et des plantes attractives de la CLA en bordure de champ.

La FAO prône aussi l’usage d’un produit biologique ayant fait des preuves dans d’autres pays du monde. Il s’agit des émulsifiants concentrées à base de Bacillus thuriengiensis ou de metharizium.

Pouvez-vous évaluer les pertes causées annuellement par cette chenille ?

Les pertes évaluées en 2017 et 2018 à travers une mission conjointe d’évaluation de la campagne agricole conduit par le ministère de l’agriculture appuyée par la FAO et le PAM font état respectivement de 0,8 millions de tonnes de maïs perdu, soit 300 millions de $USD en 2017 et 0,9million de tonnes de maïs perdu en 2018, soit 354 millions de $USD. En 2019 cette perte n’a fait que s’aggraver puisque certains agriculteurs ont abandonné la culture de maïs et la province du Haut-Katanga en paie le prix fort.

Il est donc urgent que le gouvernement agisse, que des stratégies solides soient utilisées pour lutter contre la CLA.

En 2018, le Ministère de l’Agriculture appuyé par la FAO a mis en place un Plan National de riposte contre la Chenille Légionnaire d’Automne. Ce Plan de Riposte chiffré à près de 27.428.000 $USD/ an, (soit 109 millions de $USD sur 4 ans, n’a jusque-là attiré l’attention ni du nouveau ministre de l’Agriculture, ni du collège agricole siégeant à la primature, ni du président de la République Démocratique du Congo lui-même. Et pourtant à l’horizon 2020 la situation va empirer, allons-nous toujours ouvrir nos frontières pour aller chercher chez les autres ? Une situation honteuse et calamiteuse. Il est donc urgent d’agir sans délai.

Pensez-vous qu’avec 12 millions des dollars l’on arrivera à éradiquer ce fléau de Chenille Légionnaire d’Automne au Pays ?

Notre pays est très grand et ces 12 millions de $ sont défalqués dans le cadre d’un projet spécifique de 4 ans, soit 3million de $ par an. Ceci reste insuffisant face à la taille du pays et aux défis agricoles qui nous guettent.

Des fonds additionnels devraient être sollicités par le gouvernement auprès de ses partenaires financiers, comme la Banque mondiale, l’Union européenne.

Le pays détient-il de l’expertise en matière de lutte contre la Chenille légionnaire d’automne ?

Oui, absolument ! Depuis 2016 à ce jour, la FAO détient le lead de la coordination des activités de lutte et détient l’expertise nécessaire. En outre, le ministère de l’agriculture à travers sa direction de protection de végétaux, la Clinique des Plantes de Kinshasa, l’INERA et l’IITA sont des partenaires crédibles pouvant mener à une action coordonnée de lutte contre la CLA à travers le pays.

Propos recueillis par Jean-René Bompolonga

 

 

1 thought on “Prof Lyna Mukwa : « La Chenille Légionnaire d’Automne (Spodoptera frugiperda), un vrai fléau pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle en RDC »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *