LEPAPYRUS.CD

Site d'information sur la science

Prof. Dr. Lumpungu Kabamba Christophe

5 min read

Lumpungu Kabamba, Christophe, 4e d’une fratrie de 13 enfants, est né le vendredi, 28 mai 1943, à Kabinda, dans la province de Lomami, de Kabamba Kitengye, André et de Kabadi-a-Kolomonyi, Marie.

Il débute, à l’Institut St Boniface (1950-1955) à Lubumbashi, l’école primaire, qu’il poursuit à l’Athénée de Katuba II où il obtient le certificat de l’école primaire (1957) et y continue jusqu’en 1960 avec le cycle secondaire. De 1960 à 1964, il poursuit le cycle secondaire jusqu’à l’obtention du diplôme de fin d’études et du certificat d’homologation au collège St François de Sales, dans l’option scientifique A (Mathématiques -Physique).

Après, près de huit mois (25 mars- 3 novembre 1965) de service au Ministère de la Fonction Publique, au Bureau Central des traitements, à Kinshasa, il obtint une bourse d’études universitaires du Marché Commun Européen pour la République Fédérale d’Allemagne. Ici, du 8 novembre 1965 au 28 février 1966, le cours de langue allemande et du 28 février au 26 mars 1966, celui des machines agricoles étaient des préalables pour effectuer un stage pratique obligatoire dans une ferme avant les études proprement dites. Ce stage a été effectué d’avril à octobre 1966, à Mardorf, près de Hanovre. Les études universitaires débutées au semestre d’hiver 1966/67, à l’université de Bonn, sont sanctionnées par le diplôme d’ingénieur agronome le 16 février 1971, avec la mention distinction.

De retour au pays, il est engagé à l’université Nationale du Zaïre (UNAZA) le 6 décembre 1971 comme assistant affecté au campus de Kisangani. Au 31 octobre 1973, il est promu chef de Travaux.

Après un crochet à Georgetown University, à Washington D.C., aux USA pour le cours de langue anglaise de juillet à mioctobre 1974, il migre en République Fédérale d’Allemagne pour la thèse intitulée «Die Ammoniakfreisetzung aus Harnstoff und die Harnstoff-NWirkung bei vershiedenen Behandlungen » (La perte de l’azote par volatilisation ammoniacale à partir de l’urée et l’efficacité de l’azote uréique sous différentes utilisations) sanctionnée par le diplôme de Docteur en Sciences Agronomiques, au département de chimie agricole, de la faculté des Sciences Agronomiques de l’Université de Bonn, le 9 juin 1978 avec la mention « Très bien ». La mise au point de la méthode d’évaluation des pertes de l’azote ammoniacal avait permis à l’industrie des engrais de juger avec assurance l’opportunité de fabriquer l’urée, réputée inappropriée dans certaines contrées productrices de pétrole aux sols riches en calcaire, très basiques, comme la Tunisie, pourtant riches en pétrole et gaz naturel, matière premières pour la production de cet engrais.

Après la thèse, de retour au pays, il rejoint l’Institut Facultaire des Sciences Agronomiques à Kisangani avec le grade de Professeur associé (1978-1984). De 1984 à 1988, il exerce au grade de Professeur, le 22/12/1988, il est promu au grade de Professeur Ordinaire et le 23 juillet 2014, il est admis à l’Eméritat par l’Arrêté Ministériel No 004/ MINESURS/CAB.MIN/MMF/ CD/GGP/2014 du 23/07/2014.

Actif dans son parcours extraacadémique, il a été le premier Président de l’Association des Etudiants congolais en République Fédérale d’Allemagne (1968-1971) et co-fondateur de «l’Afrikanische Studenten Union» (Union des Etudiants Africains) de l’université de Bonn (1969-1971).

Il est membre co-fondateur de l’Association Millenium (ASMIL), une ASBL qui produit des logements pour le personnel de l’ESURS sur le site baptisé « Cité Millenium » à Mitendi, Commune de Mont Ngafula, à Kinshasa, depuis 1999.

Pendant le cursus académique, il a occupé les postes de Vice-Doyen de la Faculté d’Agronomie, UNAZA (Université National du Zaïre), campus de Kisangani de 1971-1974 ; chef du Centre IFA (Institut Facultaire des Sciences Agronomiques de Yangambi) à Kisangani de 1978-1980, doublé de la fonction de Vice-Doyen chargé de la recherche (1979-1980). De 1980 à 1982, il est nommé secrétaire Général Académique de l’IFA/Yangambi et de 1982 à 1986, Directeur de l’Institut Supérieur d’Etudes Agronomiques (ISEA) de Bengamisa où il construit l’école primaire pour les enfants du personnel.

Transféré par l’Arrêté Départemental No ESURS/ CABCE/070/90 du 26/05/1990 à l’Institut Pédagogique National, il passe, après, à l’Université de Kinshasa où il est désigné, par ses pairs, Doyen de la Faculté du 11/03/1999 au 22/09/2001. Pendant son mandat, il réhabilite, avec l’assistance de la coopération Française, l’étang piscicole de la station de recherche appartenant à la Faculté, à Ndjili-Brasserie.

Ses enseignements sont focalisés sur la physiologie végétale, la phytotrophologie et la fertilisation, la technologie des engrais et la culture horssol à son université d’attache, l’UNIKIN, et aussi à l’Université Officielle de Mbuji-Mayi (UOM), l’Université de Lubumbashi (UNILU), l’Université Kongo (UK) et l’Institut Supérieur Agro-Vétérinaire (ISAV/Kimwenza).

Son domaine de recherche, lié aux enseignements, s’intéresse particulièrement à : Trouver le moyen le plus efficace pour résoudre le problème des carences des cultures en oligo-éléments dans les sols congolais (imbibition des semences,…) ;                                                                                                                                                                  Démontrer l’efficacité de la matière organique comme engrais et sa capacité à mobiliser le phosphore natif du sol.                                                                                                                                                                                                Evaluer la perte de l’azote uréique dans les sols agricoles et trouver les moyens de minimiser sa volatilité.                                                                                                                                                                                                             Valoriser le phosphate naturel du Kongo central (Kanzi) dans la pratique agricole Près de 30 articles scientifiques, thèses de DEA et de doctorat ont aidé à élucider les questionnements soulevés.

Marié à Gabriella Ntumba Muteba et père de neuf enfants, le prof Lumpungu Kabamba a été Directeur de cabinet au ministère de l’ESURS (mai 1990) et conseiller au ministère des affaires sociales (février- novembre 2007).

Il a réalisé des études, notamment pour : l’USAID : la production et la commercialisation du riz et du coton dans la région du Haut-Zaïre (Kisangani et Dingila) et de l’Equateur (Bumba), 4-7 août 1987 ; la Banque Mondiale : Mission d’évaluation mi-parcours, plan national semencier, septembre 1989 ; le Gouvernement de la République : Diagnostic sur l’état de fonctionnement du Service National des Fertilisants et Intrants Connexes (SENAFIC), 1991 et la SADC : Evaluation du Système National de la Recherche Agronomique en RDC, avril 2008.

Le Papyrus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *