LEPAPYRUS.CD

Site d'information sur la science

Pollution des rivières Kasaï et Tshikapa : Le CRREBaC recommande l’évaluation des dégâts et propose des mesures de réponse

3 min read

Eu égard à ce qui précède, il est urgent de mettre en place une stratégie de surveillance en vue d’évaluer les dégâts, et de proposer des mesures de réponse, d’atténuation et de réparation. C’est ce que recommande le Centre de recherche en ressources en eau du Bassin du Congo (CRREBaC) dans son appel à l’action lancé le 13 août 2021, en rapport avec la pollution des rivières Tshikapa et Kasaï.

Comme actions à mener, le CRREBaC recommande qu’il convient de se rassurer de l’arrêt immédiat des rejets des polluants dans les rivières à partir de la source en Angola ; établir un plan de mesures hydrodynamiques et d’échantillonnage d’eau, des sédiments et de la biodiversité aquatique en amont et en aval de la station CRREBaC, et en fonction des sous bassins et des biefs exposés tels qu’identifiés dans l’outil CB-CIS en vue de déterminer l’ampleur de la charge polluante ; Conduire dans le plus bref délai une campagne ciblée de collecte de données de terrain et d’analyses de laboratoire en fonction du plan de mesures hydrodynamiques et d’échantillonnage susmentionné.

Le même centre recommande aussi recommande aussi d’évaluer l’impact socio-économique et environnemental de la pollution et proposer des mesures d’atténuation et de réparation ; de renforcer la capacité opérationnelle de la station de surveillance du CRREBaC et dupliquer ce modèle sur d’autres points sensibles, notamment les zones d’exploitations minières et industrielles, les zones à forte concentration de population, et les zones à biodiversité unique telles que le Pool Malebo qui subit la pollution des activités anthropiques de l’ensemble du bassin du Congo ; de mettre en place un programme accéléré de formation des formateurs en vue d’accroitre la capacité technique et opérationnelle des services impliqués dans le suivi des risques des catastrophes liées à l’eau.

Il estime aussi qu’il faut mettre en œuvre une stratégie de communication pour mieux informer les communautés riveraines à des fins de sensibilisation et de sécurité.

Depuis le début du mois d’août 2021, signale le CRREBaC dans son appel, les populations riveraines du bassin de la rivière Kasaï, précisément le long des rivières Tshikapa et Kasaï, vivent une catastrophe environnementale et humaine d’une ampleur incalculable. Cette catastrophe serait due à la pollution de ces rivières suite aux activités minières en amont du bassin versant de la rivière Tshikapa dans la partie angolaise. Il s’agirait des complexes miniers de Luo, Camatchia-Camagico et Catoca.

En outre, indique le centre, les informations obtenues de la station de surveillance du CRREBaC de l’Université de Kinshasa, installée sur la rivière Kasaï au niveau de Kutumuke, la pollution y a été observée en date du 12 août 2021, avec possibilité d’atteindre en très peu de temps le fleuve Congo à Kwamouth, situé à 140 km de cette station. Kinshasa n’étant situé qu’à 190 km de Kwamouth, la diffusion de cette pollution est à craindre.

Selon le CRREBaC, les conséquences préliminaires enregistrées comprennent la pollution des eaux, l’intoxication et la perte de la faune et la flore aquatique, les maladies d’origine hydrique pour les populations riveraines, la perturbation des activités de pêches et de navigation, et le manque d’accès aux services d’eau à usage domestique et de recréation.

Espérons que les décideurs répondront rapidement à l’appel de CRREBac car l’appel est lancé par une structure qui, pendant les cinq dernières années, a mis en place des outils de surveillance et de planification, utiles pour la gestion intégrée des ressources en eau du Bassin du Congo. L’un de ces outils est le CB-CIS, une interface de connaissance qui fournit des informations de haute portée scientifique sur la structure, les processus et les fonctions des ressources en eau à l’échelle des sous-bassins versants, ainsi que sur les impacts de changements dans l’environnement physique et dans la société.

JRB

N.B: La photo à la Une est de CRREBaC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.