LEPAPYRUS.CD

Site d'information sur la science

L’OMS s’inquiète de l’accélération de Covid-19 en Afrique

3 min read

Exif_JPEG_420

« COVID-19 continue de se propager en Afrique depuis la première détection du virus sur le continent à la mi-février 2020. Plus de 200 000 cas ont été confirmés à ce jour, avec plus de 5600 décès. La pandémie s’accélère- il a fallu 98 jours pour atteindre 100 000 cas et seulement 18 jours pour passer à 200 000 cas », écrit l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dans un communiqué publié à Brazzaville le 10 juin 2020.

Dix pays sur 54 sont actuellement à l’origine de l’augmentation du nombre, représentant près de 80% de tous les cas. Plus de 70% des décès surviennent dans seulement cinq pays: l’Algérie, l’Égypte, le Nigéria, l’Afrique du Sud et le Soudan, signale le communiqué.

L’Afrique du Sud est la plus touchée, représentant 25% du total des cas sur le continent, les provinces du Cap occidental et du Cap oriental signalant quotidiennement un nombre élevé de cas et de décès.

D’après le bulletin quotidien de l’OMS sur l’évolution de la pandémie dans le monde, la RDC est, depuis le jeudi 11 juin 2020, le 10ème pays africain le plus touché. Outre les 5 pays cités par l’OMS, il convient de signaler que la RDC, avec 4 389 cas confirmés et 96 décès dans ce bulletin, vient juste après le Ghana, le Cameroun, le Sénégal et le Maroc.

Plus de la moitié des pays du continent connaissent une transmission communautaire COVID-19. Dans de nombreux cas, cela se concentre dans les capitales, mais les cas se propagent dans les provinces. Plusieurs provinces de la RDC sont déjà contaminées.

«Pour l’instant, l’Afrique ne représente encore qu’une petite fraction des cas dans le monde», a déclaré le Dr Matshidiso Moeti, directeur régional pour l’Afrique de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). «Mais le rythme de la propagation s’accélère. Une action rapide des pays africains a contribué à maintenir les chiffres bas, mais une vigilance constante est nécessaire pour empêcher COVID-19 de submerger les établissements de santé. »

L’OMS indique que de nombreux pays africains n’ont pas tardé à prendre des décisions difficiles et à mettre en place des verrouillages et des mesures de santé publique clés telles que la promotion de l’éloignement physique, une bonne hygiène des mains et des tests, le suivi des contacts des personnes atteintes de COVID-19 et l’isolement des cas. Avec le soutien de l’OMS et d’autres partenaires, les gouvernements ont également rapidement commencé à accroître les capacités des personnels de santé et des laboratoires et à mettre en place des contrôles aux points d’entrée dans les aéroports et les postes frontaliers. Ces mesures de santé publique et sociales ont réussi à ralentir la propagation du COVID-19 en Afrique.

Ces dernières semaines, les pays ont commencé à assouplir les blocages pour reprendre certaines activités économiques et sociales. Les fermetures ont eu un coût socio-économique considérable.

«Les commandes à domicile et la fermeture des marchés et des entreprises ont lourdement pesé, en particulier sur les communautés les plus vulnérables et marginalisées», a déclaré le Dr Moeti. «Ainsi, la nécessité de trouver un équilibre entre sauver des vies et protéger les moyens de subsistance est une considération clé dans cette réponse, en particulier en Afrique ».

L’assouplissement des restrictions doit être un processus contrôlé et doit être associé à la mise en place de capacités et de mécanismes de test étendus. Ces étapes doivent être constamment adaptées en fonction des tendances des données et maintenues jusqu’à ce que la pandémie soit maîtrisée ou qu’il existe un vaccin ou un traitement contre le COVID-19 accessible à tous.

Alors que les pays assouplissent les restrictions, les autorités sanitaires devront assurer la continuité des services de santé essentiels tout en reprenant toute la gamme des services de santé de routine.

JRB

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.