LEPAPYRUS.CD

Site d'information sur la science

L’OMS s’inquiète de la perturbation des services de santé mentale dans beaucoup de pays

3 min read

Exif_JPEG_420

La pandémie COVID-19 a perturbé ou interrompu les services de santé mentale critiques dans 93% des pays du monde, tandis que la demande de santé mentale augmente, selon une nouvelle enquête de l’OMS. L’enquête menée auprès de 130 pays fournit les premières données mondiales montrant l’impact dévastateur du COVID-19 sur l’accès aux services de santé mentale et souligne le besoin urgent d’augmenter le financement. C’est l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui livre cette information par un communiqué publié aujourd’hui, lundi 5 octobre 2020, à Genève.

L’enquête a été publiée avant le Big Event de l’OMS pour la santé mentale, un événement mondial de plaidoyer en ligne le 10 octobre qui rassemblera des dirigeants mondiaux, des célébrités et des défenseurs pour appeler à une augmentation des investissements dans la santé mentale à la suite du COVID-19.

L’OMS a déjà souligné le sous-financement chronique de la santé mentale: avant la pandémie, les pays consacraient moins de 2% de leur budget national de la santé à la santé mentale et luttaient pour répondre aux besoins de leur population.

L’enquête a été menée de juin à août 2020 dans 130 pays des six régions de l’OMS. Il évalue comment la fourniture de services mentaux, neurologiques et de toxicomanie a changé en raison du COVID-19, les types de services qui ont été perturbés et comment les pays s’adaptent pour surmonter ces défis. Les pays ont signalé une perturbation généralisée de nombreux types de services de santé mentale essentiels:

  • Plus de 60% ont signalé des perturbations des services de santé mentale pour les personnes vulnérables, y compris les enfants et les adolescents (72%), les adultes plus âgés (70%) et les femmes nécessitant des services prénatals ou postnatals (61%).
  • 67% ont vu des perturbations dans le counseling et la psychothérapie; 65% aux services de réduction des risques critiques; et 45% à un traitement d’entretien aux agonistes opioïdes pour la dépendance aux opioïdes.
  • Près d’un tiers (35%) ont signalé des perturbations des interventions d’urgence, y compris celles pour les personnes souffrant de crises prolongées; les syndromes de sevrage sévères liés à l’usage de substances et le délire, souvent signe d’une affection médicale sous-jacente grave.
  • 30% ont signalé des perturbations dans l’accès aux médicaments pour les troubles mentaux, neurologiques et liés à l’usage de substances.
  • Près des trois quarts ont signalé des perturbations au moins partielles des services de santé mentale à l’école et au travail (78% et 75% respectivement).

Alors que de nombreux pays (70%) ont adopté la télémédecine ou la téléthérapie pour surmonter les perturbations des services en personne, il existe des disparités importantes dans l’adoption de ces interventions. Plus de 80% des pays à revenu élevé ont déclaré avoir déployé la télémédecine et la téléthérapie pour combler les lacunes en matière de santé mentale, contre moins de 50% des pays à faible revenu.

L’OMS estime que la pandémie augmente la demande de services de santé mentale. Le deuil, l’isolement, la perte de revenus et la peur déclenchent des problèmes de santé mentale ou exacerbent les problèmes existants. De nombreuses personnes peuvent faire face à des niveaux accrus de consommation d’alcool et de drogues, d’insomnie et d’anxiété. Pendant ce temps, le COVID-19 lui-même peut entraîner des complications neurologiques et mentales, telles que le délire, l’agitation et les accidents vasculaires cérébraux. Les personnes atteintes de troubles mentaux, neurologiques ou de toxicomanie préexistants sont également plus vulnérables à l’infection par le SRAS-CoV-2 – elles peuvent courir un risque plus élevé de conséquences graves et même de décès.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.