LEPAPYRUS.CD

Site d'information sur la science

L’OMS donne sa position sur les marchés des produits frais

2 min read

Dans son allocution liminaire lors de la réunion d’information pour les missions diplomatiques sur la Covid- 19, le jeudi 16 avril 2020, le Directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesusn a formulé ‎quelques remarques sur les marchés de produits frais.‎

« Les informations relayées par certains médias concernant l’avis de l’OMS ‎sur la réouverture des marchés de produis frais en Chine sont incorrectes.‎ La position de l’Organisation mondiale de la Santé est toujours la ‎suivante : tous les secteurs touchés par la COVID-19 – y compris les ‎marchés alimentaires – en Chine et dans le monde entier doivent ‎imposer des systèmes de réglementation rigoureux et des normes ‎élevées de propreté, d’hygiène et de sécurité une fois qu’ils sont en ‎mesure de reprendre progressivement leurs activités ordinaires », a dit le directeur général de l’OMS.. ‎

L’OMS maintient que les gouvernements doivent imposer avec rigueur ‎des interdictions de la vente d’animaux sauvages. Et ils doivent appliquer ‎une réglementation sur la sécurité sanitaire et l’hygiène des aliments ‎pour garantir que les aliments vendus sur les marchés ne présentent ‎aucun risque, a dit Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, . ‎

Il a signalé que l’OMS a fourni des orientations et un soutien aux pays sur la sécurité ‎sanitaire des marchés, notamment des orientations pour les commerces ‎alimentaires dans le contexte de la COVID-19 et sur la sécurité sanitaire ‎des aliments et les marchés d’animaux vivants.L’OMS a collaboré étroitement avec l’Organisation mondiale de la santé ‎animale (OIE) et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et ‎l’agriculture (FAO) depuis le début de la flambée de COVID-19, pour ‎prévenir les maladies zoonotiques dans tous les secteurs concernés.‎

Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus a rassuré que l’OMS est déterminée à collaborer avec tous les pays pour trouver des ‎solutions adaptées pour mettre un terme à la transmission, tout en ‎veillant à maintenir les services de santé essentiels et à atténuer les ‎impacts socio-économiques de la pandémie. ‎Ce n’est qu’en travaillant ensemble que nous parviendrons à maîtriser ‎cette pandémie.‎ Le travail doit se faire non seulement au niveau international et au ‎niveau national, mais aussi au niveau des communautés. ‎

JRB

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.