LEPAPYRUS.CD

Site d'information sur la science

L’OMS appelle la communauté internationale à mieux lutter contre la septicémie

4 min read

Exif_JPEG_420

Dans un communiqué de presse publié à Genève et daté du 8 septembre 2020 en relation avec son premier rapport sur la septicémie, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) appelle donc la communauté internationale  à améliorer les plans d’études robustes et la collecte de données de haute qualité, en particulier dans les pays à revenu faible et intermédiaire ; à intensifier le plaidoyer mondial, le financement et la capacité de recherche pour les preuves épidémiologiques sur le véritable fardeau de la septicémie ; à aaméliorer les systèmes de surveillance, en commençant au niveau des soins primaires, y compris l’utilisation de définitions normalisées et réalisables conformément à la Classification internationale des maladies (CIM-11), et en tirant parti des programmes et des réseaux de maladies existants. L’OMS appelle aussi à développer des outils de diagnostic rapides, abordables et appropriés, en particulier pour les niveaux de soins primaires et secondaires, afin d’améliorer l’identification, la surveillance, la prévention et le traitement de la septicémie ; à engager et mieux éduquer les agents de santé et les communautés pour ne pas sous-estimer le risque d’infections évoluant vers une septicémie, et rechercher rapidement des soins afin d’éviter les complications cliniques et la propagation des épidémies.

Le communiqué indique que la septicémie survient en réponse à une infection. Lorsque la septicémie n’est pas reconnue tôt et prise en charge rapidement, elle peut entraîner un choc septique, une défaillance de plusieurs organes et la mort. Les patients gravement atteints de COVID-19 sévère et d’autres maladies infectieuses courent un risque plus élevé de développer et de mourir d’une septicémie. Même les survivants de la septicémie ne sont pas hors de danger: seulement la moitié se rétablira complètement, les autres mourront dans un délai d’un an ou seront accablés par des incapacités à long terme.

L’OMS souligne que la septicémie affecte de manière disproportionnée les populations vulnérables: les nouveau-nés, les femmes enceintes et les personnes vivant dans des milieux à faibles ressources. Environ 85,0% des cas de septicémie et des décès liés à la septicémie surviennent dans ces milieux. Près de la moitié des 49 millions de cas de septicémie surviennent chaque année chez des enfants, entraînant 2,9 millions de décès, dont la plupart pourraient être évités grâce à un diagnostic précoce et une prise en charge clinique appropriée. Ces décès sont souvent la conséquence de maladies diarrhéiques ou d’infections des voies respiratoires inférieures. Les infections obstétricales, y compris les complications consécutives à un avortement ou les infections consécutives à une césarienne, sont la troisième cause la plus fréquente de mortalité maternelle. À l’échelle mondiale, on estime que pour 1 000 femmes qui accouchent, 11 femmes souffrent d’un dysfonctionnement organique grave ou d’un décès lié à une infection. Les hôpitaux pointés du doigt  Le rapport constate également que la septicémie résulte souvent d’infections contractées dans les établissements de soins de santé. Environ la moitié (49%) des patients atteints de septicémie dans les unités de soins intensifs ont contracté l’infection à l’hôpital. On estime que 27% des personnes atteintes de septicémie dans les hôpitaux et 42% des personnes dans les unités de soins intensifs mourront. La résistance aux antimicrobiens est un défi majeur dans le traitement de la septicémie car elle complique la capacité de traiter les infections, en particulier dans les infections associées aux soins de santé.

Le monde doit intensifier d’urgence ses efforts pour améliorer les données sur la septicémie afin que tous les pays puissent détecter et traiter cette terrible maladie à temps. Cela signifie renforcer les systèmes d’information sanitaire et garantir un accès rapide à des outils de diagnostic et à des soins de qualité, notamment des médicaments et des vaccins sûrs et abordables, a déclaré Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS.

Pour l’OMS, l’amélioration de l’assainissement, de la qualité et de la disponibilité de l’eau, ainsi que des mesures de prévention et de contrôle des infections, telles que l’hygiène des mains appropriée, peuvent prévenir la septicémie et sauver des vies – mais doivent être associées à un diagnostic précoce, à une gestion clinique appropriée et à l’accès à des médicaments et vaccins sûrs et abordables. Ces interventions pourraient prévenir jusqu’à 84% des décès de nouveau-nés dus à la septicémie.

JRB

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.