LEPAPYRUS.CD

Site d'information sur la science

Les fumiers des poules plus fertilisants que les engrais chimiques pour la culture de ngombo à Lubumbashi

4 min read

Une étude confirme que le fumier a une teneur élevée en nutriments qui pourrait combler le besoin de la culture du gombo, surtout que les sols étudiés sont pauvres. Ainsi, il est apparu que les fumiers améliorent les rendements aux mêmes niveaux que les engrais chimiques. Ces résultats paraissent intéressants pour les maraîchers de Lubumbashi car beaucoup d’entre eux n’ont souvent pas de ressources financières pour l’achat des engrais chimiques.

C’est à cette conclusion que sont arrivés les chercheurs Kitabala M. A., Tshala U. J., et Kasongo K. A. sont du Département de Phytotechnie, de la Faculté des Sciences Agronomiques, de Université de Kolwezi.  Mpundu M. M. et Nyembo K. L. sont du Département de Phytotechnie, Faculté des Sciences Agronomiques, de l’Université de Lubumbashi;  Baboy L. L. est du Département de Phytotechnie, Faculté des Sciences Agronomiques, de l’Université de Lubumbashi et de Ecole Interfacultaire de Bioingénieurs – Ecologie du Paysage et Systèmes de Production Végétale, Université Libre de Bruxelles, Belgique; Kalenda M. A. est Consultant Chercheur Indépendant, Ferme Agro-pastorale Tshabula,Mission Orthodoxe, Kolwezi; et Munikisa F. R. est Consultant Chercheur Indépendant, Lubumbashi, R.D. Congo.

Leur étude a pour titre Applications complémentaires des fumiers de poules et des engrais minéraux dans la culture de gombo (Abelmoschus esculentus L. Moench) à Lubumbashi : influence sur la croissance et le rendement.

Le but de cette recherche était d’évaluer le potentiel fertilisant des fumiers des poules combinés aux engrais minéraux dans la production du gombo pour tester, d’abord, si les fumiers des poules sont une réserve importante de fertilisants pour élever la productivité des sols et accroître le rendement en culture maraichère et, ensuite, que leur efficacité fertilisante dépend de la dose et de leur combinaison aux engrais minéraux.

La ferme Kassapa de l’Université de Lubumbashi qui jouit d’un climat du type CW selon Köppen, comprenant une saison pluvieuse (Novembre -Mars), une saison sèche (Mai -Septembre) et deux mois de transition (Avril et Octobre), a été choisi comme site expérimental. La couverture pédologique du terrain est du type ferralitique avec un pH généralement acide et pauvre en matière organique.

Le matériel végétal utilisé est la variété Clemson Spinless de gombo, dont le cycle végétatif varie entre 80 et 120 jours. Cette variété est en outre caractérisée par une productivité élevée (4 à 8 T.ha-1), une excellente résistance à la verse et une tolérance aux maladies. Le fumier de poules utilisé est un mélange des fientes des poules et des sciures des bois obtenu à la ferme DAIPN/station Kilobelobe puis compostées à la surface du sol. La fertilisation minérale du gombo a été assurée par l’engrais NPK 10-20-10, complété par l’urée.

Deux graines de gombo ont été semées en poquets aux écartements de 40 cm x 40 cm de manière à atteindre la densité de 125 000 plants/ha. L’épandage du NPK a été réalisé au même moment que le semis pendant que l’urée a été épandue 30 jours après semis.

Les résultats des analyses au laboratoire révèlent une richesse des fumiers en éléments majeurs pendant que les sols en sont déficitaires. Apportés aux sols, les fumiers ont permis d’obtenir des rendements similaires à ceux réalisés sur les parcelles fertilisées aux engrais chimiques ; ce qui implique que les engrais minéraux pourraient être substitués par les fumiers de poules. Des rendements similaires observés entre les doses des fumiers comparés au témoin sont attribués à la décomposition lente de lignine de la sciure de bois incorporée aux

fientes des poules, suggérant que la durée de compostage devrait être prise en compte pour une meilleure valorisation des fumiers. Dans le souci d’accroître les revenus des maraîchers et promouvoir leur véritable développement économique, tout en maintenant à long terme la fertilité des sols, l’apport de 1,75T.ha-1 de fumier conviendrait le mieux.

Les chercheurs justifient leur travail par le fait que les ferralsols dont fait partie la majorité des sols de Lubumbashi sont profondément altérés et pauvres en matière organique. Pour y cultiver, les agriculteurs font recours aux engrais chimiques en raison de leur plus grande efficience agronomique; cependant, leurs coûts prohibitifs les rend presque inaccessibles. Bien plus, leur utilisation continue sans restitution des résidus de récolte au sol ou autre amendement organique, contribue à la dégradation de leur état de fertilité système qualifié d’agriculture minière par la FAO. Cependant, la production en République Démocratique Congo du gombo, particulièrement dans le haut Katanga, confrontée à la pauvreté des sols, demeure faible. Devant une telle situation, il devient impératif de chercher de nouvelles alternatives pour accroître les revenus des maraichers et promouvoir leur développement économique, tout en maintenant à long terme la fertilité des sols. L’utilisation des fumiers parait importante en vue du maintien de la fertilité du sol au regard de leurs effets bénéfiques sur les propriétés physico-chimiques et biologiques de celui-ci, prouvés par plusieurs expérimentations. Son utilisation permet également de rendre plus efficace l’utilisation des doses modestes d’engrais minéraux  tout en augmentant les rendements des cultures. Cependant, avoir les fumiers des poules en permanence est un grand et réel défi.

 Source: www.congosciences.org     

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *