LEPAPYRUS.CD

Site d'information sur la science

Le Colloque international sur les ressources naturelles de Kolwezi recommande la création d’une base de données nationale des articles scientifiques accessibles au grand public…

2 min read

300 participants issus d’horizons divers ont pris part au Colloque international sur le thème Les ressources naturelles et environnement : apport et contrepartie de l’Afrique au développement contemporain  de l’humanité, qui s’est tenu à Kolwezi du 27 au 29 mai 2021. Le colloque a été organisé conjointement par l’Université de Lubumbashi et celle de Kolwezi. Quelques recommandations ont été formulées par les participants à ces assises.

Pour les ressources forestières, ils ont recommandé entre autres la création d’une base de données nationale des articles scientifiques accessibles au grand public portant sur les ressources naturelles congolaises et les diffuser au travers la création d’un site internet ; la conception, le financement et la mise en œuvre d’un programme d’éducation sur la biodiversité et les services écosystémiques pour le grand public ; la promotion d’une gestion participative des ressources naturelles et une meilleure collaboration entre les peuples autochtones, les communautés locales, les acteurs non-gouvernementaux et les services étatiques en charge de l’environnement…

En ce qui concerne les ressources en eaux et minières, les participants recommandé la promotion de l’hydroélectricité tout en atténuant ses effets négatifs sur l’environnement ; l’appui à la recherche en vue de produire les données susceptibles d’aider à la bonne prise de décision ; l’association de l’expertise scientifique dans les négociations portant sur les ressources naturelles…

S’agissant de la gouvernance juridique, politique et économique des ressources naturelles, ils ont estimé qu’il convient de renforcer l’arsenal juridique existant pour le développement des entités territoriales décentralisées, en parachevant le processus de décentralisation; de doter les entités territoriales décentralisées d’un plan de développement ; de créer des centres de recherche pour la gestion des ressources minières ;

En rapport avec d’autres préoccupations pertinentes, les participants ont estimé nécessaire de soutenir les projets initiés par les nationaux ; de Favoriser la mutualisation de l’intelligence africaine par la mise en commun des réseaux de recherche ; de favoriser l’utilisation de l’expertise scientifique congolaise dans les entreprises œuvrant sur le territoire national et la faire participer dans le processus de prise de décision…

Le rapport final de l’atelier, présenté par le Professeur Basile Mujinya Bazirake, a signalé que la séance d’ouverture du colloque a été marquée par trois allocutions, à savoir le mot de circonstance du Recteur de l’Université de Lubumbashi, le Professeur Kishiba Fitula Gilbert, celui du Conseiller au Collège « Education et Recherche Scientifique » à la Présidence de la

République et Représentant du Directeur de Cabinet du Chef de l’Etat, et le mot d’ouverture du colloque par Mme Fifi Masuka Saini, Gouverneur a.i. de la Province du Lualaba.

JRB

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.