LEPAPYRUS.CD

Site d'information sur la science

L’Afrique appelée à « ressusciter » Imhotep à travers les manuels scolaires et académiques

2 min read
La pyramide de Djéser

Les scientifiques européens ou américains pullulent dans les manuels scolaires et académiques africains. Tout se passe comme si l’Afrique n’a guère de références en sciences et technologies.

Les programmes scolaires et académiques hérités de la colonisation y sont pour beaucoup dans cette situation. L’Afrique est appelée à changer cette donne.

Le continent ne manque pas de scientifiques qui peuvent se retrouver sur les manuels scolaires et académiques. L’Egypte antique nous offre certains noms mais qui ont été laissés de côté.

Dans les différents documentaires sur l’Egypte antique, quand on parle d’une pyramide ou de tel ou tel autre monument, on le situe par rapport à l’époque d’un pharaon, on ne dit rien sur celui qui a construit ou conçu tel ou tel édifice.

Ce n’est pas pour rien que l’Egyptologie a été mise en place, cette étude de l’Égypte ancienne, de sa langue, de son histoire et de sa civilisation existe parce que l’Egypte antique n’a pas encore livré tous ses secrets sur son savoir.

C’est ici le lieu de parler d’Imhotep. Il était à la fois architecte, médecin et grand prêtre. Comme architecte, l’histoire lui attribue l’invention de l’architecture monumentale de pierres.

Jusqu’à ce jour, les scientifiques, y compris les égyptologues, n’ont pas encore cerné le mystère qui entoure la construction de ces gigantesques pyramides plusieurs siècles avant Jésus-Christ.

Il est intéressant de voir le nom de l’architecte Imhotep être cité comme auteur de la pyramide de Djéser. Il serait encore plus intéressant que derrière chaque construction ou œuvre artistique de l’Egypte antique, le nom du concepteur soit signalé. Les historiens africains ont du pain sur la planche pour dénicher les scientifiques de toutes les merveilles de l’Egypte antique.

Il faut les ressusciter et les placer dans les manuels scolaires et académiques pour que la jeunesse africaine trouve des repères africains dans le monde scientifique. La situation actuelle place totalement l’Afrique dans la remorque des autres continents.

Il n’y a rien de nouveau sous le soleil. Peut-être que les innovations scientifiques occidentales ou américaines d’aujourd’hui trouvent leur soubassement dans l’Egypte antique.

Les propos de Cheikh Anta Diop devraient fortifier chaque africain. Ce dernier avait déclaré que l’Egypte antique est à l’origine des sociétés africaines et européennes. C’est l’Egypte qui est à l’origine de la science, de la médecine, de l’astronomie et de tout le savoir dans l’Antiquité, avait affirmé ce chercheur sénégalais.

JR Bompolonga

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.