LEPAPYRUS.CD

Site d'information sur la science

La Tithonia diversifolia pour redonner la fertilité au sol

4 min read

La perte de fertilité des sols, en RDC comme partout en Afrique Sub-saharienne  est une conséquence de leur utilisation continue sans apport, en échange, des matières organiques du sol. Elle s’exprime à son tour par une diminution brusque ou graduelle de rendement selon le type de sol. En effet, l’exportation de l’azote, du Phosphore et du Potassium par les cultures à chaque récolte, les autres types des pertes comme les transformations chimiques entrainent une balance de plus en plus négative chaque année.

L’utilisation des amendements minéraux et organiques est une option possible pour renverser cette tendance de perte de rendement et donc pour améliorer la sécurité alimentaire. Vu sous cet angle, la protection et l’amélioration des sols, constituent un challenge pour le bien-être humain et pour la croissance économique et devient de ce fait, un enjeu à la fois social et économique.

Il convient de souligner le fait que l’utilisation des amendements inorganiques rencontre des contraintes socio-économiques à savoir le prix élevé des engrais inorganiques, leur indisponibilité, le coût élevé de leur transport et l’absence d’une technicité suffisante lors de leur utilisation et de la possibilité de crédit bancaire pour y accéder. Quoiqu’il soit montré que la plupart des amendements organiques sont pauvres en phosphore, ils améliorent tout de même certains paramètres du sol. D’où, un regard prometteur se tourne donc vers l’amendement organique et inorganique combinés ou tout simplement l’amendement organique seul.

Parmi les plantes candidates à la fourniture de la matière première pour l’amendement organique, le Tithonia diversifolia a retenu l’attention de plusieurs auteurs. C’est une espèce rudérale qui produit de grandes quantités de feuilles facilement décomposables et riches en éléments nutritifs. Elle se multiplie facilement par graines et par boutures et pousse spontanément aux alentours des maisons et des routes

En 1998, un rapport publié de l’INERA, Institut National pour l’Etude et la Recherche Agronomiques en RDC stipulait que l’application de Tithonia diversifolia à la dose de 10 tonnes par hectare, soit 1 kg par m² permet de passer le rendement de haricot du simple au double. Le processus de décomposition du Tithonia enfoui dans le sol est rapide et la disponibilisation des matières organiques dont a besoin la plante varie selon que l’enfouissement est effectué une semaine ou deux semaines avant semis.

Par ailleurs, le haricot, après le manioc est la culture vivrière la plus pratiquée dans la province du Sud-Kivu. C’est l’une des légumineuses les plus cultivées et aussi les plus consommées dans cette province. Depuis un certain temps, on constate une baisse de son rendement. Cette baisse est due à plusieurs facteurs entre autre : les maladies, mauvaises pratiques culturales, les érosions entraînant le déplacement de la couche arable, la rareté des semences améliorées et surtout de l’infertilité du sol. Cela ressort de nombreuses enquêtes diagnostics menées dans la région.

Une étude menée par le chercheur Mongana Jean Claude de l’INERA Mulungu et publiée dans le journal en ligne www.congosciences.cd avait pour objectif la détermination du meilleur moment d’application de Tithonia diversifolia et son évaluation agro économique. Cet engrais organique a un avantage d’être disponible. Il peut se rendre encore plus disponible dans une vision d’agriculture multifonctionnelle et écologique, quand on l’associe au haricot qu’on le recèpe régulièrement en enfouissant ses feuilles juste à côté.

L’application du Tithonia a amélioré les propriétés chimiques du sol. Cet engrais vert a été enfoui respectivement à 15 jours, 8 jours et 4 jours avant semis sous culture de haricot commun à la dose de 10 tonnes à l’hectare soit 1kg au m².

Du point de vue agronomique, les résultats obtenus montrent que par rapport au témoin non amendé, le Tithonia a amélioré au double le rendement de haricot et la plus grande amélioration a été obtenue sous enfouissement à 8 jours ou 4 jours avant semis (2,5 fois le témoin), suivi de l’enfouissement à 15 jours avant semis (2,31 fois le témoin). Ce qui nous pousse à conclure que l’enfouissement de Tithonia à une semaine avant le semis de  haricot reste le moment le plus indiqué et par là le plus rentable.

Au plan économique, le Tithonia a produit par rapport au témoin non amendé un effet escompté, car les gains de production qu’il a occasionné ont couvert les dépenses de production et le plus grand effet a été obtenu sous l’enfouissement à 8 jours avant semis dont 2,21 fois supérieur par rapport à l’enfouissement à 4 jours avant semis et 1,21 fois supérieur par rapport à celui effectué à 15 jours avant semis.

Au plan financier, l’enfouissement à 8 jours avant    L’expérience est réalisée au Centre de Recherche de Mulungu-Tshibinda (28° 46′ E , 2° 20′ S , 1650 m) à 25 km de la ville de Bukavu, dans la Province du Sud-Kivu en RDC. Le terrain utilisé a connu des activités intenses les cinq dernières.

Le Papyrus

 

 

 

 

2 thoughts on “La Tithonia diversifolia pour redonner la fertilité au sol

  1. Je viens de découvrir votre site pendant que je recherche sur le net diffèrentes utilisations du tithonia diversifolia. Toutes félicitations. Courage.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *