dim. Août 14th, 2022

LEPAPYRUS.CD

Site d'information sur la science

La journée mondiale de la santé mentale célébrée avec un déficit d’investissement

3 min read

Il est extrêmement préoccupant que, malgré le besoin évident et croissant de services de santé mentale, qui est devenu encore plus aigu pendant la pandémie de COVID-19, les bonnes intentions ne soient pas satisfaites par des investissements… Nous devons tenir compte de ce signal d’alarme et agir en conséquence et accélérer considérablement l’augmentation des investissements dans la santé mentale, car il n’y a pas de santé sans santé mentale. Ces propos sont Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Il les a dits le vendredi 8 octobre 2021 lors de la publication d’un rapport de son organisation qui a mis en évidence le déficit mondial d’investissement dans la santé mentale. Signalons que le 10 octobre est consacré à la célébration de la journée mondiale de la santé mentale.

Selon ce rapport, le nouvel Atlas de la santé mentale de l’Organisation mondiale de la santé brosse un tableau décevant d’un échec mondial à fournir aux personnes les services de santé mentale dont elles ont besoin, à un moment où la pandémie de COVID-19 met en évidence un besoin croissant de soutien en santé mentale.

La dernière édition de l’Atlas, qui comprend des données de 171 pays, indique clairement que l’attention accrue accordée à la santé mentale ces dernières années n’a pas encore abouti à une mise à l’échelle des services mentaux de qualité qui correspondent aux besoins.

Publié tous les trois ans, l’Atlas est une compilation de données fournies par les pays du monde entier sur les politiques de santé mentale, la législation, le financement, les ressources humaines, la disponibilité et l’utilisation des services et des systèmes de collecte de données. C’est également le mécanisme de suivi des progrès vers la réalisation des cibles du Plan d’action global de l’OMS pour la santé mentale.

Aucun des objectifs pour un leadership et une gouvernance efficaces pour la santé mentale, la prestation de services de santé mentale dans les milieux communautaires, la promotion et la prévention de la santé mentale et le renforcement des systèmes d’information n’était près d’être atteint, souligne le rapport de l’OMS

En 2020, seulement 51 % des 194 États membres de l’OMS ont déclaré que leur politique ou leur plan de santé mentale était conforme aux instruments internationaux et régionaux des droits de l’homme, bien en deçà de l’objectif de 80 %. Et seulement 52% des pays ont atteint l’objectif relatif aux programmes de promotion et de prévention de la santé mentale, également bien en deçà de l’objectif de 80%. Le seul objectif atteint pour 2020 était une réduction du taux de suicide de 10 %, mais même alors, seuls 35 pays ont déclaré avoir une stratégie, une politique ou un plan de prévention autonome.

Des progrès constants étaient toutefois évidents dans l’adoption de politiques, de plans et de lois en matière de santé mentale, ainsi que dans l’amélioration de la capacité de rendre compte d’un ensemble d’indicateurs de santé mentale de base. Cependant, le pourcentage des budgets de santé du gouvernement consacrés à la santé mentale n’a guère changé au cours des dernières années, oscillant toujours autour de 2 %. De plus, même lorsque les politiques et les plans comprenaient des estimations des ressources humaines et financières requises, seulement 39 % des pays ayant répondu ont indiqué que les ressources humaines nécessaires avaient été allouées et 34 % que les ressources financières requises avaient été fournies.

 

JRB

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.