LEPAPYRUS.CD

Site d'information sur la science

Il y a un mort-né toutes les 16 secondes : l’Afrique subsaharienne, l’Asie centrale et méridionale sont en tête

5 min read

Exif_JPEG_420

Plus de 40% des morts à la naissance surviennent pendant le travail – une perte qui pourrait être évitée avec l’accès à un agent de santé qualifié lors de l’accouchement et des soins obstétricaux d’urgence en temps opportun. Environ la moitié des mort-nés en Afrique subsaharienne et en Asie centrale et méridionale surviennent pendant le travail, contre 6% en Europe, en Amérique du Nord, en Australie et en Nouvelle-Zélande, soutient un récent rapport conjoint des structures de l’ONU, selon un communiqué publié le jeudi 8 octobre 2020 à Genève.

Près de 2 millions de bébés sont mort-nés chaque année – soit 1 toutes les 16 secondes – selon les toutes premières estimations conjointes  publiées par l’UNICEF, l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le Groupe de la Banque mondiale et le Division de la population du Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies.

La grande majorité de ces morts à la naissance, 84%, se produisent dans les pays à revenu faible ou intermédiaire de la tranche inférieure, selon le nouveau rapport, Une tragédie négligée: le fardeau mondial des mort-nés. En 2019, 3 mort-nés sur 4 sont survenus en Afrique subsaharienne ou en Asie du Sud. Un mort-né est défini dans le rapport comme un bébé né sans signe de vie à 28 semaines de grossesse ou plus.

Perdre un enfant à la naissance ou pendant la grossesse est une tragédie dévastatrice pour une famille, qui est souvent endurée tranquillement, mais trop souvent, dans le monde entier, a déclaré Henrietta Fore, Directrice générale de l’UNICEF. Elle ajoute, toutes les 16 secondes, une mère souffrira quelque part la tragédie indicible de la mort d’un bébé à la naissance. Au-delà des pertes en vies humaines, les coûts psychologiques et financiers pour les femmes, les familles et les sociétés sont sévères et durables. Pour beaucoup de ces mères, il n’était tout simplement pas nécessaire que ce soit le cas. Une majorité de ces cas aurait pu être évitée grâce à un suivi de haute qualité, des soins prénatals appropriés et une accoucheuse qualifiée.

Le rapport avertit que la pandémie de COVID-19 pourrait aggraver le nombre mondial de morts à la naissance. Une réduction de 50% des services de santé due à la pandémie pourrait entraîner près de 200 000 mort-nés supplémentaires sur une période de 12 mois dans 117 pays à revenu faible ou intermédiaire. Cela correspond à une augmentation du nombre de mort-nés de 11,1%. Selon la modélisation réalisée pour le rapport par des chercheurs de la Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health, 13 pays pourraient voir une augmentation de 20% ou plus du nombre de mort-nés sur une période de 12 mois.

La plupart des mort-nés sont dues à une mauvaise qualité des soins pendant la grossesse et l’accouchement. Le manque d’investissements dans les services prénatals et intrapartum et dans le renforcement du personnel infirmier et obstétrical sont des défis majeurs, indique le rapport.

Même avant que la pandémie n’entraîne de graves perturbations dans les services de santé, peu de femmes dans les pays à revenu faible ou intermédiaire recevaient des soins opportuns et de haute qualité pour éviter les décès des bébés à la naissance. La moitié des 117 pays analysés dans le rapport ont une couverture allant d’un minimum de moins de 2% à un maximum de seulement 50% pour 8 interventions de santé maternelle importantes telles que la césarienne, la prévention du paludisme, la prise en charge de l’hypertension pendant la grossesse et détection et traitement de la syphilis. On estime que l’accouchement vaginal – une intervention essentielle pour prévenir les morts des bébés à la naissance pendant le travail – touche moins de la moitié des femmes enceintes qui en ont besoin.

En conséquence, malgré les progrès des services de santé pour prévenir ou traiter les causes de mortalité infantile, les progrès dans la réduction du taux de mortinatalité ont été lents. De 2000 à 2019, le taux annuel de réduction du taux de mort des bébés à la naissance n’était que de 2,3%, contre 2,9% de réduction de la mortalité néonatale et 4,3% de la mortalité chez les enfants âgés de 1 à 59 mois. Cependant, des progrès sont possibles grâce à une politique, des programmes et des investissements solides.

Accueillir un bébé dans le monde devrait être un moment de grande joie, mais chaque jour, des milliers de parents éprouvent une tristesse insupportable parce que leurs bébés sont encore nés, a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS. Pour lui, la tragédie de la mort à la naissance montre à quel point il est vital de renforcer et de maintenir les services de santé essentiels et à quel point il est essentiel d’augmenter les investissements dans les infirmières et les sages-femmes.

Le rapport note également que la mort à la naissance n’est pas seulement un défi pour les pays pauvres. En 2019, 39 pays à revenu élevé avaient un nombre plus élevé de morts à la naissance que de décès néonatals et 15 pays avaient un nombre plus élevé de morts à la naissance que de décès infantiles. Le niveau d’instruction d’une mère est l’un des principaux facteurs d’iniquité dans les pays à revenu élevé.

Dans les milieux à revenu faible et élevé, les taux de morts à la naissance sont plus élevés dans les zones rurales que dans les zones urbaines. Le statut socio-économique est également lié à une incidence plus élevée de mort à la naissance. Par exemple, au Népal, les femmes des castes minoritaires avaient des taux de mort à la naissance de 40 à 60% plus élevés que les femmes des castes de la classe supérieure.

JRB

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.