LEPAPYRUS.CD

Site d'information sur la science

Congo Brazzaville : Le Génie civil invité à prendre en compte les données des études structurales et tectoniques sur les grès de l’Inkisi avant toute construction

2 min read

Les travaux menés par le doctorant Nkodia  Hardy M.D-V de l’Université Marien Ngouabi, sous la direction du professeur Boudzoumou F, et le Maitre-assistant Miyouna  T., avec la collaboration de l’expert géologue structuraliste du Musée Royal de l’Afrique Centrale de Belgique, D. Delvaux, ainsi que d’O.F. Ossouli de l’Université Marien Ngouabi, et E.I. Kongota de CRGM, reportent qu’au niveau de Brazzaville le type et l’ activité sismique de cassures qui affectent la roche rouge  du grès de l’Inkisi, qui constitue la fondation de la ville, ont été rarement pris  compte lors des constructions de Génie civil.

Les recherches du Doctorant Nkodia, exposés lors de la conférence de la géologie du Congo, organisé par le Musée Royal de l’Afrique Centrale de Belgique avec le Centre de Recherches Géologiques et Minières (C.R.G.M) de la R.D.C, essentiellement basées sur la caractérisation des types de cassures qui affectent les grès de l’inkisi, ont montré que les roches rouges du grès de l’Inkisi sont affectées par deux phases de tectonique décrochant.

La première phase a engendré des failles décrochantes senestres et des joints de direction NW-SE, elle s’est probablement déroulée il y a 250 Ma. La seconde phase, soupçonnée d’être toujours active jusqu’à nos jours, a occasionné la mise en place du fleuve Congo grâce aux cassures qu’elle a engendrée. Cette phase a principalement engendré des failles décrochantes dextres et des joints de direction NE-SW.  La comparaison de la contrainte E-W ayant engendré cette seconde phase avec la contrainte de la poussée de l’océan Atlantique sur la carte actuelle des contraintes mondiale a montré un parallélisme entre les deux. Ainsi, le doctorant Nkodia en est arrivé à la conclusion selon laquelle la poussée due à l’ouverture de l’océan Atlantique actuelle engendrerait une activité sismique dans la zone de l’Afrique Centrale.

Le doctorant souligne donc qu’il faudrait prendre en compte les données des études structurales et tectoniques sur les grès de l’Inkisi avant toute construction de Génie civil, notamment de barrage et de grands immeubles, à Brazzaville, en République du Congo.

Comme écrit ci-dessus, le doctorant Nkodia a exposé sur le thème « Style structural et tectonique du groupe de l’Inkisi dans le secteur de Brazzaville, République du Congo », lors de la conférence sur la géologie du Congo, organisée du 24 au 25 octobre 2018 à Kinshasa.

Le Papyrus

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *