ven. Août 12th, 2022

LEPAPYRUS.CD

Site d'information sur la science

Climat : Résultats mitigés sur les conclusions du G20 à Rome

2 min read

Du samedi 30 au dimanche 31 octobre 2021 à Rome, en Italie, s’est tenu le sommet de G20 où les dirigeants des pays les plus industrialisés plus l’Union européenne ont échangé sur trois principaux thèmes, à savoir l’économie et le santé mondiales, le changement climatique et l’environnement ainsi que le développement durable.

Sur le climat, le G20 a réaffirmé l’objectif de l’accord de Paris, à savoir « maintenir l’augmentation moyenne des températures bien en dessous de 2 degrés et poursuivre les efforts pour la limiter à 1,5 degré au-dessus des niveaux préindustriels ».

Mais il va un peu plus loin en ajoutant : « Conserver (l’objectif de) 1,5 degré à portée nécessitera des actions et des engagements significatifs et efficaces de tous les pays ».

Les pays du G20 se sont également entendus pour arrêter « d’ici la fin de 2021 » de subventionner de nouveaux projets de centrales électriques au charbon, mais seulement à l’étranger.

Quant à la date à fixer pour atteindre la neutralité carbone, 2050 ou 2060, le « milieu du siècle » est la formulation retenue par le G20. Un horizon moins précis que la date de 2050 voulue notamment par la présidence italienne du G20.

Le G20 a réaffirme l’engagement de « viser à mobiliser ensemble 100 milliards de dollars par an (…) jusqu’en 2025 » pour permettre aux pays en développement de faire face au changement climatique.

Il y a eu des réactions aux conclusions du sommet de G20. Certes, affirment certains observateurs, la déclaration finale du G20 va légèrement au-delà de l’accord de Paris sur l’objectif de limitation du réchauffement climatique à +1,5 °C, avec aussi un engagement à ne plus subventionner les centrales au charbon à l’étranger. Mais il n’y a pas de date claire pour sortir complètement du charbon ou des énergies fossiles ni pour arriver à la neutralité carbone.

Sur Twitter, le dimanche 31 octobre 2021, le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a écrit : Je salue l’engagement renouvelé du G20 en faveur de solutions au niveau mondial, mais je quitte Rome avec des espoirs déçus – même s’ils ne sont pas enterrés.

« Nous avons fait des progrès raisonnables au G20 (…), mais ce n’est pas assez », a aussi déclaré le premier ministre britannique Boris Johnson. Et de mettre en garde : « Si Glasgow échoue, c’est tout qui échoue »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.