LEPAPYRUS.CD

Site d'information sur la science

Aïchatou Mindaoudou et Julienne Lusenge à la tête de la commission d’enquête sur les violences sexuelles au Nord-Kivu et en Ituri

2 min read

Exif_JPEG_420

L’Organisation mondiale de la santé a nommé deux éminents dirigeants pour coprésider une commission indépendante sur les abus et l’exploitation sexuels lors de la riposte à la dixième épidémie de maladie à virus Ebola dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri, en République démocratique du Congo.

La commission sera coprésidée par Son Excellence Aïchatou Mindaoudou, ancienne ministre des Affaires étrangères et du Développement social du Niger, qui a occupé des postes de haut niveau aux Nations Unies en Côte d’Ivoire et au Darfour.

Elle sera accompagnée de Julienne Lusenge, coprésidente de la République démocratique du Congo, militante des droits de l’homme de renommée internationale et défenseure des survivants de violences sexuelles dans les conflits.

Le rôle de la Commission indépendante sera d’établir rapidement les faits, d’identifier et de soutenir les survivants, de veiller à ce que tout abus en cours ait cessé et de demander des comptes aux auteurs.

Il comprendra jusqu’à sept membres, y compris les coprésidents, ayant une expertise dans l’exploitation et les abus sexuels, les interventions d’urgence et les enquêtes.

Les coprésidents choisiront les autres membres de la Commission, qui seront appuyés par un Secrétariat basé à l’OMS.

Pour soutenir les travaux de la Commission indépendante, le Directeur général a décidé de recourir à un processus ouvert et de recruter une organisation externe indépendante ayant l’expérience de la conduite d’enquêtes similaires.

La dixième épidémie de maladie à virus Ebola dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri – la deuxième plus grande épidémie d’Ebola au monde jamais enregistrée – a été déclarée terminée le 25 juin 2020, après avoir persisté pendant près de deux ans dans une zone de conflit active et causé 2300 décès.

L’OMS a une politique de tolérance zéro en ce qui concerne l’exploitation et les abus sexuels et réaffirme son ferme engagement à prévenir et à protéger contre l’exploitation et les abus sexuels dans toutes ses opérations dans le monde.

OMS/Genève 15 octobre 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.