Un vaccin expérimental testé en Ouganda pour lutter contre Ebola
août 7, 2019
0 comments
Share

Un vaccin expérimental testé en Ouganda pour lutter contre Ebola

« Un vaccin fabriqué par l’entreprise Johnson&Johnson est actuellement en test en Ouganda. Il pourrait être utilisé dans la République Démocratique du Congo (RDC) voisine, où une épidémie d’Ebola a fait plus de 1.800 morts en un an », a annoncé le site Futura/AFP le 6 août 2019.

La même source a souligné que l’essai du vaccin MVA-BN fabriqué par la société américaine Johnson&Johnson devrait durer deux ans. Le Conseil de recherche médicale (MRC) de l’Ouganda a publié un communiqué à ce sujet. Le vaccin concernera jusqu’à 800 professionnels de la santé et personnels se trouvant en première ligne comme les agents de nettoyage, les équipes d’ambulanciers, des morgues ou celles chargées des enterrements, dans le district de Mbarara (ouest).

« Nous menons actuellement un exercice de vaccination à Mbarara », a déclaré à l’AFP la porte-parole du MRC, Pamela Nabukenya Wairagala. Dans un communiqué sur son site internet le MRC a souligné que l’expérimentation du vaccin sera menée par des chercheurs ougandais, avec le soutien de l’École d’hygiène et de médecine tropicale de Londres.

Le site Futura informe qu’il n’existe pas actuellement de médicament permettant de prévenir ou guérir Ebola mais une série de médicaments expérimentaux sont en cours de développement. Cependant, pour la première fois, un vaccin a été utilisé contre le virus durant l’épidémie qui frappe la RDC depuis août 2018. Le site signale que les autorités sanitaires congolaises utilisent le vaccin rVSV-Zebov, fabriqué par le groupe pharmaceutique américain Merck, qui s’est révélé sûr et efficace. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a préconisé une extension de son utilisation et recommandé l’introduction d’un vaccin supplémentaire, celui produit par Johnson&Johnson, pour faire face aux besoins.

C’est là que les Romains ont commencé à s’empoigner. Pourquoi l’OMS demande l’introduction d’un vaccin supplémentaire alors que l’on est en train d’utiliser pour la première un vaccin contre la maladie à virus Ebola en RDC ? Y-a-t-il anguille sous roche ? L’avenir nous le dira.

Le site Futura signale que des voix se sont élevées contre l’introduction d’un nouveau produit dans des communautés où la méfiance à l’égard du traitement actuel est déjà importante. L’ancien ministre congolais de la Santé, le Dr Oly Ilunga, qui a démissionné en juillet dernier, figurait parmi les opposants. Selon le MRC, le vaccin de Johnson&Johnson « est sûr » et a été testé sur plus de 6.000 personnes en Europe, aux États-Unis et en Ouganda. Son efficacité est cependant incertaine car il n’a jamais été évalué dans un scénario d’épidémie.

C’est là que le ministre démissionnaire de la Santé de la RDC est revenu dans une interview accordée à un site local, Politico.cd, où sur la question en rapport avec le vaccin Johnson&Johnson, il a déclaré : « Nous avons également eu accès aux documents du gouvernement américain transmis à l’OMS qui indiquent clairement que ce vaccin n’est pas efficace ».

Il est à craindre que malgré son inefficacité ce médicament soit utilisé en RDC, comme celui qui s’opposait n’est plus là.

Réponse du berger à la bergère, dans le même site, Politico.cd, le Professeur Jean-Jacques Muyembe Tamfum, actuel Secrétaire général du Comité technique multisectoriel de conduite de la riposte contre Ebola, a indiqué qu’il n’impose pas l’utilisation d’un deuxième vaccin dans le cadre de la riposte contre Ebola, plutôt qu’il proposait ce dernier.“Le vaccin Johnson & Johnson que nous n’imposons pas, mais que nous proposons », avait-il souligné. A l’heure actuelle, en sa qualité de  Secrétaire général du Comité technique multisectoriel de conduite de la riposte contre Ebola, le Professeur Muyembe ne sera-t-il pas juge et partie ?

Y aurait-il un problème si l’on n’utilisait qu’un seul vaccin, jugé efficace à la riposte contre Ebola au Nord-Kivu et en Ituri ? La question reste posée car l’évaluation de l’efficacité du premier vaccin en cours d’utilisation sera clairement évaluée que s’il y en avait deux. La riposte contre Ebola à l’Est de la RDC doit être claire.

Le Papyrus

Lepapyrus

Lepapyrus

Comments

No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write comment

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *