RDC: Une étude révèle que les Monts Zatua, dans le Haut-Uélé, sont constitués des zones riches en fer
juillet 12, 2019
0 comments
Share

RDC: Une étude révèle que les Monts Zatua, dans le Haut-Uélé, sont constitués des zones riches en fer

Les analyses pétrographiques des échantillons collectés sur le terrain montrent que les monts Zatua sont constitués des zones riches en fer. L’enrichissement des itabirites en minerais de fer de teneur élevée s’est réalisé grâce aux processus supergènes par lesquels l’eau météorique a circulé dans les zones de faiblesses apprêtées par la tectonique (plissement, fractures et failles) et la sédimentation (joints de stratification et les zones perméables).

C’est à cette conclusion que 4 chercheurs ont abouti dans une étude intitulée  Caractéristiques géologiques et pétrographiques des itabirites des Monts Zatua, nord-est de la R.D. Congo et publiée au site www.congosciences.org en novembre 2018.

Ces scientifiques ont pour noms Makuku M.L du département d’Exploration et Production, Faculté de Pétrole, Gaz et Energies Nouvelles de l’Université de Kinshasa (UNIKIN) et du Centre de Recherches Géologiques et Minières de la RDC (CRGM); Ongendangenda A. du département des Géosciences, Faculté des Sciences de l’UNIKIN, Kanda N.V. du CRGM et département des Géosciences, Faculté des Sciences  et Kombie A.P.F. du département d’Exploration et Production, Faculté de Pétrole, Gaz et Energies Nouvelles de l’UNIKIN.

Cette étude a été réalisée dans le but d’observer les zones de concentration de fer à forte teneur et les caractéristiques géologiques des formations géologiques qui les contiennent ainsi que la minéralisation y associée.

Les dorsales des Monts Zatua, une région située dans la partie nord-est de la République Démocratique du Congo, Province de Haut-Uélé (dans l’ancienne Province Orientale), est à cheval entre le degré carré de Paulis (Isiro) au sud et le degré carré de Bafwasende au nord. Ces dorsales forment sur le terrain des reliefs élevés à cause de leur résistance aux paléo-érosions. Les dorsales des Monts Zatua sont d’âge Paléoprotérozoïque et sont constituées des ceintures de roches vertes kibaliennes, qui sont divisées en deux sous-groupes ā savoir le Kibalien Inférieur dominé par les roches volcaniques basiques, et le Kibalien Supérieur dominé par les métasédiments.

Les chercheurs indiquent dans leur conclusion que les Dorsales des Monts Zatua forment topographiquement trois branches de dorsales orientées globalement NW – SE, lesquelles se rencontrent en un point dans la partie SE. Ces Monts sont constitués géologiquement à partir de la base, des formations géologiques suivantes : roches volcano sédimentaires dont la dolérite en est la principale roche; phyllades; sédiments argileux; itabirite pauvre friable; itabirite enrichie; hématitite riche en fer (zone de transition); hématitite friable et dure; brèches minéralisées et non minéralisées.

Ils ont souligné que les itabirites sont généralement dominées par des bandes alternantes riches en silice ou en magnétite. La silice est présente sous diverses formes, allant d’une variété à silex et/ou chert fine à un matériau plus grossier, souvent plus pâle. Les bandes peuvent être latéralement continues, présentant une épaisseur relativement uniforme sur la totalité de la surface étudiée, ou peuvent présenter une forte discontinuité, avec des filonnets de silice présentant des pincements ou des renflements sur quelques centimètres.

Selon ces scientifiques, les principales minéralisations qu’on trouve dans les Monts Zatua sont la magnétite relique non encore oxydée, la martite en plein processus de recristallisation, l’hématite massive dont les laminations sont détruites suite au processus de recristallisation, l’hématite friable laminée, l’hématite micro-aplatie développée dans les zones poreuses à défaut de remplissage des minéraux secondaires et la goethite. En dehors de ces minéralisations définies, on note aussi la présence des minéraux secondaires considérés comme les véritables matrices pour la consolidation de la roche (goethite, gibbsite, kaolinite, strengite, variscite et d’autres minéraux argileux).

Les observations macroscopiques des échantillons collectés in situ et les analyses microscopiques aux microscopes optiques et électroniques à balayage ont clairement montré que la majorité d’échantillons de minerais de fer des Monts Zatua est en plein processus de recristallisation. Cet argument est justifié par la présence des reliques de magnétite non encore transformée en hématite, la structure en treillis de la martite lors de l’oxydation de la magnétite et les contours curvilignes de la martite pour les échantillons dépourvus des pores dans lesquels les cristaux de la martite sont jointifs.

JRB                                    

   

 

 

Lepapyrus

Lepapyrus

Comments

No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write comment

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *