Dr. Moeti Matshidiso, la Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, plaide pour la couverture santé universelle
avril 9, 2019
0 comments
Share

Dr. Moeti Matshidiso, la Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, plaide pour la couverture santé universelle

Le Papyrus publie dans son intégralité le message de la directrice régionale de l’Organisation mondiale pour la santé (OMS) à l’occasion de la Journée mondiale de la santé 2019. Dr Moeti Matshidiso plaide pour une couverture santé universelle pour tous, partout et en tout temps. Voici son message:  

Cette année, la célébration de la Journée mondiale de la santé met en lumière les avantages que la couverture santé universelle peut procurer à tous, partout, ainsi que les raisons pour lesquelles cette couverture est si nécessaire. La couverture santé universelle est nécessaire parce qu’elle fait en sorte que tous les individus – quels que soient leur statut social et leur lieu de résidence – aient accès tout le temps aux services de santé essentiels et de qualité dont ils ont besoin sans que cela n’entraîne des difficultés financières pour les usagers.

 

Nous savons que des progrès peuvent être réalisés vers l’atteinte des objectifs liés à la santé et des objectifs de développement si tous les individus, partout, ont accès aux soins de qualité essentiels et à la protection contre les difficultés financières dont ils ont besoin. Au niveau mondial, l’OMS œuvre pour qu’un milliard de personnes supplémentaires bénéficient de services de santé de qualité et de la protection financière au plus tard en 2023. Nous devons le faire si nous voulons atteindre la cible 3.8 des objectifs de développement durable qui vise la réalisation de la couverture santé universelle d’ici à 2030.

 

En Afrique, la récurrence des événements de santé publique majeurs – plus de 100 en 2018 – signifie qu’il ne peut y avoir de sécurité sanitaire sans couverture santé universelle, ni de couverture santé universelle sans sécurité sanitaire. C’est pourquoi le Dr Tedros, notre Directeur général, estime que la sécurité sanitaire mondiale et la couverture santé universelle sont les deux côtés d’une même médaille. Un monde plus sûr profite à tous, et la couverture santé universelle profite à tous.

 

Le renforcement des systèmes de santé dans l’optique de la couverture santé universelle est l’un des éléments clés de la mutation proposée dans le Programme 2030. Il procède en effet d’une conjugaison de facteurs tels que l’intégration, une gestion avisée, un financement suffisant, un personnel de santé qualifié et motivé, l’accès aux médicaments et produits sanitaires de qualité, une bonne fonctionnalité des systèmes d’information sanitaire et des systèmes de prestation de services centrés sur la personne.

 

En 2018, notre publication phare (État de la santé dans la Région africaine de l’OMS) contenait une analyse transversale de l’état de santé, tout comme une évaluation des services et systèmes de santé des différents pays africains dans le contexte de la couverture santé universelle et des autres cibles liées à la santé dans les objectifs de développement durable. La publication a mis en exergue le financement insuffisant de la santé, la faible disponibilité des services et le sous-investissement dans les personnels de santé.

 

Eu égard à ce qui précède, le Secrétariat accélère l’appui fourni aux pays pour qu’ils remettent en adéquation leurs services et envisagent de procéder aux réorientations stratégiques requises pour mettre en route la couverture santé universelle. Il s’agit de réévaluer leurs services essentiels afin de s’assurer qu’ils sont conçus pour « tous, partout et tout le temps », puis d’introduire des approches novatrices pour la prestation de ces services. Par exemple, si nous pouvons tirer parti du potentiel que recèle la population sans cesse croissante des jeunes dans la Région, et utiliser des solutions numériques, nous serons capables d’édifier des systèmes innovants grâce auxquels nous pourrons assurer la couverture santé universelle aux populations africaines.

 

En plus de soutenir cette réorientation, le Secrétariat apporte sa contribution à la constitution d’une base de données factuelles sur ce qui fonctionne comme sur ce qui ne fonctionne pas dans l’élaboration et l’application des principes de la couverture santé universelle. À cet effet, les pratiques de mise en application des interventions essentielles sont documentées et les capacités d’analyse exhaustive des informations renforcées dans les pays pour recueillir des données régionales sur ce qui marche et sur ce qui ne marche pas.

 

La couverture santé universelle ne peut pas être instaurée en imposant une approche universelle ; chaque pays a la latitude d’adopter un cheminement différent et unique pour y parvenir. C’est pour cette raison que nous avons formulé un cadre d’action afin de permettre aux pays de choisir les solutions les mieux adaptées à leur contexte. J’ai hâte d’œuvrer avec les gouvernements et les partenaires de la Région pour converger vers la couverture santé universelle. Ensemble, nous pouvons atteindre la santé et le bien-être que nous voulons pour nos populations.

 

 

 

 

Lepapyrus

Lepapyrus

Comments

No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write comment

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *